Schwytz: Condamnés pour traite d'êtres humains
Actualisé

SchwytzCondamnés pour traite d'êtres humains

Neuf hommes et une femme ont été reconnus coupables de traite d'êtres humains et d'incitation à la prostitution mardi par le tribunal pénal du canton de Schwyz.

Le principal prévenu, un Turc de 30 ans, a écopé de 2 ans et 8 mois de prison, une peine pécuniaire de 60 jours-amendes à 30 francs et 1000 francs d'amende.

Les juges ont prononcé neuf peines de prison de 12 à 32 mois, en grande partie avec sursis de deux à trois ans. Dans neuf cas, des peines pécuniaires ont été prononcées: la plus élevée se monte à 256 jours-amendes à 80 francs (20'480 francs). Quatre prévenus doivent aussi s'acquitter d'amendes de 600 à 1000 francs.

Le Ministère public avait requis une peine de 4 ans de prison contre le principal prévenu, un ancien gérant d'une maison close à Tuggen (SZ). Pour les autres accusés, il avait demandé des peines de prison allant de quelques mois à trois ans et demi.

Une seule accusée

Pour la seule femme accusée, une Roumaine, le Ministère public avait demandé l'acquittement. L'accusation estime que cette femme est d'abord une victime. Même si elle s'est mariée avec le principal accusé, elle entretenait avec lui un rapport de dépendance.

Au procès, les juges ont estimé qu'elle était au contraire une force active dans le recrutement des femmes. C'est pourquoi ils l'ont condamnée à 21 mois de prison avec sursis pendant deux ans avec une peine pécuniaire de 60 jours-amendes à 70 francs (4200 francs).

Les accusés, selon l'acte d'accusation, recrutaient des femmes en Roumanie, Bulgarie et Tchéquie via des proxénètes. Ils les faisaient ensuite venir en Suisse et les obligeaient à se prostituer, notamment dans une maison close à Tuggen. Certaines femmes étaient privées de leur passeport.

Incitation à la prostitution

Quatre prévenus sont originaires de Turquie, deux de Serbie, une de Roumanie, un de Bulgarie, un du Liban et un de Suisse. Ce dernier, âgé de 73 ans, était le propriétaire du local à Tuggen. Il a écopé d'une peine 13 mois de prison avec sursis pour incitation à la prostitution.

Au moins 23 jeunes femmes auraient ainsi fini dans leurs filets. Les actes se sont produits entre juillet 2006 et février 2007. Deux opérations de police en 2007 à Nidau (BE) et dans le canton de Schwyz ont mis fin aux activités des prévenus.

L'ancien patron de la maison close de Nidau (BE) a été condamné en mai 2013 à 8 ans et demi de réclusion. Le tribunal régional Seeland-Jura bernois a reconnu ce Turc de 38 ans coupable de trafic d'êtres humains et d'incitation à la prostitution. Trois complices ont également été condamnés.

Il s'est passé sept années entre la razzia et le procès à Schwyz. Ce long délai s'explique par des rivalités entre la justice et le ministère public schwyzois. A cause de ce long délai, dénoncé par les avocats, le tribunal a réduit les peines d'environ un quart. (ats)

Ton opinion