Condoleezza Rice «fière» de l'invasion de l'Irak
Actualisé

Condoleezza Rice «fière» de l'invasion de l'Irak

La Secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a déclaré vendredi dans une interview à la chaîne Bloomberg qu'elle était «fière» de l'invasion américaine de l'Irak.

Selon elle, la situation au Moyen-Orient s'est améliorée depuis l'arrivée de George W. Bush à la Maison Blanche.

Dans la même interview, Mme Rice a également fait référence à des progrès en Corée du Nord et en Chine comme une preuve que l'administration Bush, qui prendra fin dans sept mois, a réalisé des avancées au cours des huit dernières années.

«Je suis fière de la décision de cette administration de renverser Saddam Hussein. Je suis fière de la libération de 20 millions d'Irakiens», a déclaré Mme Rice dans l'interview réalisée plus tôt dans la semaine.

«L'Irak a été dur. Plus dur qu'aucun d'entre nous ne pouvait imaginer. Nous ne pourrons jamais remplacer ceux qui ont péri. Nous ne pourrons jamais adoucir la peine des familles et des amis qu'ils laissent derrière eux, mais nous voyons un changement en Irak pour le meilleur», a-t-elle déclaré.

L'interview a été diffusée alors que les Etats-Unis célébraient leur fête nationale. L'armée américaine a perdu 4113 personnes depuis l'invasion de l'Irak en mars 2003, selon le site internet indépendant www.icasualties.org.

Démocraties émergentes

«Après le 11 septembre, aucune menace à la paix ne devait exister», a ajouté Mme Rice. Selon elle, l'Iran a subi des «revers» et Al Qaïda est «à terre», alors que la démocratie a effectué des «percées» avec le vote des femmes au Koweït, les «forces démocratiques» émergentes dans les territoires palestiniens et «une démocratie au centre du monde arabe en Irak».

«Nous commençons maintenant à voir que peut-être il n'est pas si prisé d'être un kamikaze. Nous commençons à voir que les gens s'interrogent pour savoir si Oussama ben Laden peut vraiment représenter le visage de l'islam», a-t-elle dit.

Les Nord-Coréens, a-t-elle également indiqué, «se retirent» de la course au nucléaire. «C'est un grand pas pour la non- prolifération», a-t-elle ajouté. La Chine a elle été «plutôt plus utile» sur le Darfour, selon Mme Rice qui a répété que le président Bush se rendrait aux cérémonies d'ouverture des jeux Olympique de Pékin.

Mme Rice, 53 ans, a écarté toute ambition politique pour elle- même: elle a déclaré qu'elle pourrait écrire un livre et retourner travailler dans l'enseignement après la fin du mandat de M. Bush.

(ats)

Ton opinion