France: Conducteur fou: 11 blessés sur un marché de Noël
Actualisé

FranceConducteur fou: 11 blessés sur un marché de Noël

Plus de dix personnes ont été blessées lundi dont cinq grièvement à Nantes par un automobiliste à bord d'une camionnette, au lendemain de faits similaires qui se sont produits à Dijon.

1 / 9
26.11 Le conducteur qui a fauché lundi des piétons sur un marché de Noël à Nantes, dans l'ouest de la France, faisant un mort et neuf blessés, était sous l'emprise de l'alcool, a indiqué vendredi une source policière.

26.11 Le conducteur qui a fauché lundi des piétons sur un marché de Noël à Nantes, dans l'ouest de la France, faisant un mort et neuf blessés, était sous l'emprise de l'alcool, a indiqué vendredi une source policière.

Keystone/AP/Laetitia Notarianni
22.12.2014 Un véhicule a foncé dans la foule d'un marché de Noël, à Nantes (ouest de la France), Onze personnes ont été blessées, dont cinq grièvement. Cet incident survient après deux attaques dans le pays contre des piétons, à Dijon, et des policiers à Joué-les-Tours.

22.12.2014 Un véhicule a foncé dans la foule d'un marché de Noël, à Nantes (ouest de la France), Onze personnes ont été blessées, dont cinq grièvement. Cet incident survient après deux attaques dans le pays contre des piétons, à Dijon, et des policiers à Joué-les-Tours.

AFP/Georges Gobet
Le conducteur du véhicule, une camionnette, est lui même grièvement blessé après s'être «asséné neuf coups de couteau», selon un responsable. «En l'état, aucun témoignage ne montre une quelconque revendication religieuse», a-t-il précisé.

Le conducteur du véhicule, une camionnette, est lui même grièvement blessé après s'être «asséné neuf coups de couteau», selon un responsable. «En l'état, aucun témoignage ne montre une quelconque revendication religieuse», a-t-il précisé.

AFP/Georges Gobet

Onze personnes ont été blessées, dont cinq grièvement, après avoir été renversées lundi par un véhicule qui a foncé dans la foule d'un marché de Noël à Nantes (ouest de la France).

Les cinq blessés graves ont été évacués vers des hôpitaux, selon la préfecture de Loire-Atlantique. Le porte-parole du ministère français de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet, a fait savoir sur BFM TV que le pronostic vital d'une des victimes était engagé.

Le ministère ajoute dans un communiqué que le chauffeur s'est porté une dizaine de «coups de couteau après avoir percuté les passants». Des personnes interrogées sur place par Reuters ont évoqué des coups au niveau du thorax. Il a aussi été hospitalisé.

Pas de «revendication religieuse»

La procureure de Nantes, Brigitte Lamy, a déclaré à des journalistes sur place qu'on ne pouvait «pas parler d'acte terroriste» selon les premiers éléments, ajoutant qu'il n'y avait pas eu de «revendication religieuse» et que la justice «étudiait un carnet découvert à côté de la camionnette».

«C'est un acte volontaire. Ça ressemble, sous réserve de vérifications, à un acte du même genre que ce qui s'est produit à Dijon» (centre-est) dimanche soir, a ajouté la procureure.

Elle a apporté ces précisions après que des témoins cités par différents médias ont dit avoir entendu le conducteur crier «Allahou Akbar», ce que d'autres témoins interrogés par Reuters ont démenti.

Connu de la police

Les faits se sont produits à 18h55 sur la place Royale, située dans la zone piétonne du centre-ville de Nantes. La place a été évacuée et le secteur a été bouclé par les forces de police, a constaté un journaliste de Reuters sur place.

L'homme serait connu des services de police, «pour des faits mineurs», a dit le porte-parole du ministère de l'Intérieur, sans pouvoir pour l'heure donner davantage d'informations sur les motivations de ce geste. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, devait se rendre sur place dans la soirée.

Quelques heures plus tôt, le président français François Hollande avait appelé à ne «pas céder à la panique» après deux attaques ce week-end contre des piétons et des policiers.

«Jamais nous n'avons connu un aussi grand danger en matière de terrorisme», a cependant estimé le Premier ministre Manuel Valls lundi soir. Il s'exprimait devant des policiers à Montpellier (sud), deux jours après l'attaque d'un commissariat par un jeune homme de 20 ans armé d'un couteau à Joué-les-Tours (centre-ouest) qui criait «Allah Akbar». Il a blessé trois policiers avant d'être abattu.

Condamné en Suisse

Si le mobile de l'islamisme radical semble pour lui établi selon les enquêteurs, en revanche l'automobiliste qui a dimanche délibérément blessé 13 piétons à Dijon (centre-est) souffre lui de «pathologie psychiatrique ancienne et lourde», a indiqué la procureure de Dijon, Marie-Chistine Tarrare, au cours d'une conférence de presse. Son geste «ne relève absolument pas d'un acte terroriste».

L'homme, un Français de 40 ans né en France de mère algérienne et de père marocain, dit avoir agi seul, ému par la souffrance des enfants palestiniens et tchétchènes, a-t-elle précisé. Cet ancien toxicomane qui a fait 157 passages en hôpital psychiatrique, souffre d'une «psychose ancienne» faite de «délire mystique».

D'après plusieurs sites de médias français, dont celui de BFM TV, la seule condamnation mentionnée sur le casier judiciaire du conducteur est une condamnation suisse. Il lui serait reproché d'avoir facilité l'entrée d'une personne en situation irrégulière sur le territoire helvétique.

Testament de l'agresseur

L'enquête sur l'attaque samedi à Joué-lès-Tours s'orientait pour l'heure vers «l'islamisme radical», l'agresseur de nationalité burundaise étant un converti à l'islam qui avait affiché sur son compte Facebook le drapeau du groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Les perquisitions ont permis de découvrir «ce qu'on pourrait qualifier de testament religieux non daté dans lequel est évoqué le règlement des dettes, au cas où, et dans lequel Bertrand demande à Allah de lui donner la force», a indiqué lundi le procureur de Paris. (ats/afp)

Ton opinion