Actualisé 01.03.2009 à 22:21

lausanneConducteurs impatients coincés sur la ligne du M1

La fréquence élevée des rames de l'ancien TSOL et l'attitude de certains automobilistes provoquent des incidents.

de
Frédéric Nejad

Aux heures de pointe, sur la ligne de métro qui relie le centre-ville à l'UNIL, à l'EPFL et à la gare de Renens, les rames circulent toutes les 5 minutes. Les barrières aux croisements se baissent donc fréquemment, ce qui déplaît à certains conducteurs impatients, qui bravent le danger pour traverser: plus d'un chaque semaine voit sa carrosserie toucher les barrières.

Mercredi dernier, un automobiliste s'est retrouvé coincé sur la voie du M1 au passage de Malley. Contrairement au croisement de la Bourdonnette, ce lieu est dépourvu de capteurs au sol, qui retiennent les barrières si un véhicule est sur la voie et avertissent le chauffeur du métro. A Malley, les passagers à bord du M1 en ont été quittes pour une frayeur lors du freinage d'urgence. Mais cela provoque des retards sur la ligne.

«C'est dû à l'impatience de certains conducteurs et piétons, voire de jeux stupides», constate la porte-parole des TL, Michèle Bohin. Elle dénonce l'absence de respect de l'avertisseur sonore et visuel déclenché 9 secondes avant l'abaissement des barrières. L'an dernier, une trentaine de voitures se sont retrouvées ainsi sur les voies du M1. «Avec 10 millions de passagers par an, la cadence de ce métro demeurera la même», précise Michèle Bohin.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!