sida: Conférence sur le sida à Mexico : l'heure est au bilan
Actualisé

sidaConférence sur le sida à Mexico : l'heure est au bilan

La lutte contre le sida, avec trois millions de personnes sous traitement et beaucoup d'argent disponible, laisse ouvertes nombre de questions sur les coûts à venir, au terme de la conférence de Mexico.

La prévention est prometteuse et un vaccin est toujours espéré.

Cette 17e réunion internationale sur le sida, qui se tenait pour la première fois en Amérique latine, a rassemblé pendant six jours plus de 20 000 délégués de quelque 175 pays pour plus de 600 débats ou réunions, sans compter les 80 conférences de presse pour les 2000 journalistes.

Si l'avancée des traitements a été saluée, puisqu'elle fait du sida une maladie chronique, la question des financements demeure lancinante pour la communauté internationale, qui y a consacré 10 milliards de dollars en 2007.

Sur 33 millions de séropositifs à ce jour (un chiffre toujours en augmentation), 10 millions auraient besoin d'être traités, dont un tiers le sont. Le nombre de séropositifs à soigner augmente chaque année.

Souhait par l'ONU

Une augmentation des coûts est à prévoir. Pour certains, il apparaît d'ores et déjà «improbable» que la communauté internationale ait les moyens de traiter pendant toute leur vie tous ceux qui ont ou auront besoin d'antirétroviraux, le virus ne lâchant jamais prise.

Des responsables d'organismes spécialisés commencent à revenir sur l'engagement pris en 2006 par les Nations unies, «traitement pour tous en 2010».

Mais les progrès sont considérables: 200 000 patients étaient traités en 2002 et ils étaient 3 millions en 2007.

90 milliards de dollars évoqués

Selon Seth Berkley, président d'un organisme américain de recherche sur le vaccin, le traitement à vie de ceux qui en auront besoin pourrait coûter quelque chose comme 90 milliards de dollars par an d'ici 2015, si rien ne change.

Les chercheurs estiment qu'ils n'ont «pas le choix» et qu'il est plus urgent que jamais de poursuivre la recherche sur le vaccin et les gels microbicides, qui n'a encore rien donné.

La prévention pour tenter de supprimer le problème à la source, en combinant notamment plusieurs moyens - préservatifs, circoncision, échange de seringues, changement de comportements -, a été au coeur de la Conférence.

Conférence en 2010 en Autriche

La stigmatisation des homosexuels, qui touche aussi les pays d'Afrique et fait obstacle à la prévention, et les problèmes des enfants ont été évoqués à la table de la Conférence.

L'Aide Suisse contre le Sida a tiré un bilan positif de sa participation. Elle a mis l'accent sur la prévention et les droits des personnes vivant avec le VIH. Dans un communiqué publié vendredi, elle a estimé que la pertinence de son engagement international était confirmée et que cette activité était indispensable pour résoudre des problèmes en Suisse.

La Suisse avait salué jeudi les annonces de la Chine et des Etats-Unis de laisser entrer les séropositifs sur leur territoire. La prochaine conférence aura lieu en juillet 2010 en Autriche.

(ats)

Ton opinion