Tennis: Confiant, Wawrinka est prêt pour sa demi-finale
Actualisé

TennisConfiant, Wawrinka est prêt pour sa demi-finale

Le Vaudois ne se trouve plus qu'à une marche de la finale de l'US Open.

1 / 57
Stan Wawrinka sera exempté du premier tour du tournoi ATP de Brisbane, en janvier 2017. (Samedi 31 décembre 2016)

Stan Wawrinka sera exempté du premier tour du tournoi ATP de Brisbane, en janvier 2017. (Samedi 31 décembre 2016)

Keystone
Londres, Royaume-Uni
Londres, Royaume-Uni

Pour la première fois en quatre ans, Stan Wawrinka ne verra pas les demi-finales à Londres (Vendredi 18 novembre 2016).

kein Anbieter
Londres, Royaume-Uni
Londres, Royaume-Uni

Stan Wawrinka s'est totalement relancé dans la course à la qualification pour les demi-finales en battant Marin Cilic (Mercredi 16 novembre 2016).

Keystone

Epatant jeudi face à Juan Martin Del Potro, Stan Wawrinka s'attaque vendredi (vers 23h-minuit en Suisse) à Kei Nishikori, pour une demi-finale dont il est le favori.

Ni les statistiques ni le passé récent entre les deux joueurs ne parlent pourtant en faveur de Stan Wawrinka. Sa dernière rencontre face au Japonais ? Perdue fin juillet à Toronto. Sa seule confrontation contre le no 7 mondial à New York ? Conclue par une défaite en cinq manches en quart de finale de l'édition 2014.

A cela s'ajoutent deux statistiques éloquentes: le Vaudois n'a pas battu le moindre joueur du top 10 cette année (en 3 matches), tandis que Kei Nishikori n'a jamais perdu contre un top 10 à l'US Open (en 5 matches).

Malgré tout, la balance penche légèrement en faveur de Stan Wawrinka pour vendredi. Il a effectivement perdu deux fois contre le Japonais, mais il reste en tête dans les face-à-face (3-2). «On se connaît bien, et j'ai donc plein d'informations sur lui», a-t-il relevé. «C'est un joueur rapide, très efficace en contre et en retour. Il a d'excellentes phases où il ne rate rien, mais d'autres où il donne davantage de fautes. La solution sera de l'agresser constamment et de m'en tenir à cette ligne de conduite», a-t-il analysé.

Un double visage

Si le Vaudois sait comment battre le Japonais, il sait surtout qu'il est devenu un autre joueur en évinçant Juan Martin Del Potro en quart de finale. Car autant le no 3 mondial s'était, par moments, montré instable lors de ses précédents matches de la quinzaine, autant il a été admirable de rigueur et de ténacité face à l'Argentin.

«Je m'étais préparé à souffrir. Juan Martin est un joueur qui ne lâche jamais, qui aime être dans le combat physique et mental. Mais j'ai tenu bon, je ne lui ai rien montré. Je suis resté dur avec moi-même tout au long de la partie, et cela a fini par payer», s'est félicité le Vaudois, vainqueur 7-6 (7/5) 4-6 6-3 6-2 de ce qu'il a estimé être «un des matches les plus difficiles de (sa) carrière».

Jeudi sur le central de Flushing Meadows, ce Wawrinka-là n'avait rien à voir avec le Wawrinka du début de tournoi, avec celui qui était notamment passé à un point de la défaite face à Daniel Evans au 3e tour. Cela n'a toutefois été ni une surprise, ni une nouveauté: «Stan the Man» n'a pas son pareil pour se mobiliser pour les grands matches.

«Cela ne marche pas à chaque fois. Mais c'est bien comme ça que je fonctionne, en Grand Chelem principalement. Plus le tournoi avance, plus mon niveau de jeu et ma confiance augmentent», a-t-il remarqué. «Cela m'a permis de réussir contre Del Potro mon meilleur match du tournoi, et de très loin», s'est-il réjoui à l'issue d'une partie bouclée au bout de la nuit new-yorkaise, jeudi à plus d'une heure du matin.

«Ce n'est pas normal»

Voilà donc Stan Wawrinka pour la septième fois dans le dernier carré d'un Grand Chelem. Un total d'autant plus impressionnant que ses sept demi-finales ont toutes été décrochées au cours des quatre dernières saisons, entre Melbourne (2x), Roland-Garros (2x) et New York (3x). C'est évidemment remarquable, et cela montre encore une fois dans quelle dimension est entré le Vaudois depuis quelques années.

«Selon moi, ce n'est pas quelque chose de normal. Je suis certes no 3 mondial, mais accéder en demi-finale d'un Grand Chelem, ce n'est pas normal», a insisté celui qui, au début de sa carrière, n'aurait jamais imaginé atteindre de telles hauteurs dans son sport.

«Le tennis est ma passion. J'y joue pour disputer de tels matches dans de tels stades. Cela a été très dur contre Del Potro et cela le sera encore face à Nishikori. C'est néanmoins une chance incroyable de pouvoir vivre ça», a-t-il affirmé, avant d'ajouter: «J'ai 31 ans et je ne suis pas éternel comme joueur. Il faut que je profite de ce qui m'arrive en ce moment.»

Si Stan Wawrinka veut profiter de cette demi-finale, il veut surtout la gagner. Et au vu de sa performance face à Juan Martin Del Potro, il a tout en main pour écarter Kei Nishikori. La finale, qui serait sa première à New York, n'est plus très loin. Et elle serait très belle, quel que soit l'adversaire qui sortira victorieux de l'autre demi-finale, celle qui oppose Novak Djokovic à Gaël Monfils. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion