Genève: Conflit à Swissport: «Il y a des signes encourageants»
Publié

GenèveConflit à Swissport: «Il y a des signes encourageants»

Les syndicats, le Canton et l’entreprise ont convenu de se rencontrer ensemble pour la première fois, alors que les employés manifestent depuis des jours contre les nouveaux contrats soumis par leur employeur.

par
David Ramseyer
Une centaine d’employés a manifesté à proximité des bureaux du Département genevois de l’emploi, en Vielle-Ville, vendredi 22 janvier 2021. 

Une centaine d’employés a manifesté à proximité des bureaux du Département genevois de l’emploi, en Vielle-Ville, vendredi 22 janvier 2021.

dra

La situation s’est (un peu) décantée dans le conflit qui oppose les employés de Swissport à leur direction. Depuis plusieurs jours, ceux-ci battent le pavé et réclament le retrait de contrats «bas de gamme» soumis par l’entreprise d’assistance au sol qu’ils doivent signer d’ici le 28 janvier prochain, ou risquer un licenciement. Lors d’un nouveau rassemblement, ce vendredi, le personnel a appris par la voix de ses représentants syndicaux qu’après une «attente insoutenable» face à des dirigeants «qui refusaient tout dialogue», ces derniers avaient accepté de rencontrer le Conseil d’Etat et les syndicats, lors d’une réunion tripartie, lundi prochain. Une première dans ce conflit social.

«Cela nous donne un espoir, a réagi un employé. Avant, c’était une affaire interne à Swissport, désormais c’est une affaire politique, avec l’entrée en jeu du Conseil d’Etat.» Tous ne partagent pas cet avis. «La direction joue simplement la montre», assure un autre collaborateur.

Entre syndicats, les réactions sont elles aussi contrastées. Alors que la date butoir du 28 janvier approche pour des contrats qui impliquent notamment des baisses salariales de plusieurs centaines de francs par mois, Pablo Guarino, du Syndicat du personnel des transports, veut «rester optimiste. Notre objectif premier, c’est supprimer ce délai imposé par la direction». Sur ce point, «Swissport reste inflexible. Je suis pessimiste, on va discuter avec le couteau sur la gorge, assure Jamshid Pouranpir. Le représentant du Syndicat des services publics reconnait néanmoins qu’il y a de manière générale «un assouplissement de la position de la direction. Avec la médiation du Conseil d’Etat, ce sont des signes encourageants, preuve que la mobilisation a payé. Mais ce n’est pas gagné».

Swissport entre détente et intransigeance

Le spécialiste de l’assistance au sol se déclare «ouvert à la reprise du dialogue». Il entend privilégier dans un premier temps la rencontre de lundi avec le Conseil d’Etat genevois et les syndicats. Selon l’entreprise, l’intervention de la Chambre des relations collectives de travail ou d’un médiateur externe pourrait se faire dans un deuxième temps. Porte-parole de Swissport, Nathalie Berchtold, insiste néanmoins sur «la situation critique qui frappe actuellement le secteur aérien. Nous n’envisageons pas de repousser le délai du 28 janvier prochain pour la signature des contrats proposés à nos collaborateurs».

Ton opinion

77 commentaires