Genève: Orllati-Unia: «l’affaire du fumier» se règle à l’amiable
Publié

Genève Orllati-Unia: «l’affaire du fumier» se règle à l’amiable

Deux syndicalistes devaient être jugés ce vendredi par le Tribunal de police. L’audience a été annulée, les parties s’étant entendues in extremis.

par
jef
Le syndicat avait prix l’habitude de décerner chaque année un prix du fumier aux entreprises qu’il critiquait.

Le syndicat avait prix l’habitude de décerner chaque année un prix du fumier aux entreprises qu’il critiquait.

TDG – O. Vogelsang

«L’affaire du fumier» ne connaîtra pas d’épilogue judiciaire. Il s’en est fallu d’un cheveu, alors que le Tribunal de police de Genève devait accueillir ce vendredi matin l’entreprise Orllati et les deux syndicalistes d’Unia qu’elle attaquait. Sur place, une simple mention sur la porte: audience annulée suite au retrait de la plainte. L’imposant groupe vaudois actif dans la construction et Unia sont parvenus in extremis à un accord, entériné par un communiqué conjoint.

En septembre 2018, à Genève, plusieurs syndicalistes dont les deux ex-prévenus avaient déversé du purin devant la société DMB, qu’Orllati venait de racheter. A cette occasion, ils avaient accusé le groupe de multiplier les emplois temporaires sur ses chantiers. Pire, ils avaient affirmé qu’un contremaître avait menacé un syndicaliste avec une arme à feu, et que l’entreprise se débarrassait en douce de déchets amiantés.

Condamnations annulées

Le syndicat a rétropédalé jeudi via la déclaration précitée, indiquant que la communication et les actions de l’époque «relataient de manière inexacte la situation». Dans la foulée, il a aussi exprimé ses regrets. L’extinction de la procédure pénale entraîne l’annulation des condamnations par ordonnance des syndicalistes, qui avaient écopé en janvier 2020 de jours-amende avec sursis pour violation de domicile et diffamation. Orllati et Unia, dont l’accord tardif évite toute publicité des débats, ont expliqué s’engager «mutuellement à poursuivre la voie d’un partenariat social digne de ce nom».

Ton opinion

28 commentaires