Riviera: conne.ch nargue les autorités fédérales
Actualisé

Rivieraconne.ch nargue les autorités fédérales

Un vigneron vaudois persiste à faire la promotion de ses vins au bord l'autoroute A9. Une pratique illégale.

par
gco
La banderole est visible sur l'A9 en direction de Lausanne. (Photo: gco)

La banderole est visible sur l'A9 en direction de Lausanne. (Photo: gco)

Jean-Michel Conne refuse de céder. Fin 2008, l'Office fédérale des routes (OFROU) l'avertit que sa banderole d'une dizaine de mètres de largeur,­ placée dans ses vignes à Corsier-sur-Vevey, est hors la loi. Son interdiction se fonde sur un article de l'Ordonnance sur la signalisation routière (OSR) selon lequel les réclames sont bannies aux abords des autoroutes et des semi-autoroutes. «Seule est autorisée une enseigne par sens de circulation, sur le propre bâtiment de l'entreprise. Or, ce n'est pas le cas ici», précise Françoise Tschanz, porte-­parole de l'OFROU.

Face à cette interdiction, le vigneron-encaveur pense avoir trouvé une astuce ingénieuse. «Je mets ma banderole quinze jours et la retire ensuite­ quelque temps. Les autorités n'ont pas le temps de réagir», assure-t-il. Un petit jeu qui n'amuse guère les autorités fédérales. «Comme cette publicité n'a pas été retirée, l'OFROU va dénoncer le cas. Afin que le droit soit respecté, il contactera­ la commune concernée puisque, pour le canton de Vaud, c'est elle l'autorité compétente pour délivrer les autorisations en matière de réclame», note Françoise Tschanz. Jean-Michel Conne risque une amende,­ dont le montant dépend du juge en charge de l'affaire.

«Je ne savais pas que c'était de notre compétence d'autoriser cette pub, s'étonne Franz Brun, le syndic de Corsier-sur-Vevey. Cette enseigne existe depuis plusieurs années. Elle n'est visible que depuis l'autoroute et ne pose, à mes yeux, aucun problème.»

Ton opinion