Actualisé 27.03.2008 à 09:15

Conseil des droits de l'homme: critiques américaines

L'élection de Jean Ziegler et la désignation de Richard Falk comme rapporteur de l'ONU sur les territoires palestiniens ont suscité des critiques américaines.

La «rhétorique anti-israélienne» de l'ONU a été vivement dénoncée.

La vice-présidente de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants Ileana Ros-Lehtinen avait écrit à la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey pour lui demander de retirer son soutien à Jean Ziegler.

Dans un communiqué publié à Washington jeudi matin, elle affirme que «l'élection de Jean Ziegler montre l'étendue de la déchéance morale du Conseil» des droits de l'homme.

«Il est au-delà du domaine de la raison que le Conseil croie que M. Ziegler qui a justifié les attaques du Hezbollah, comparé les Israéliens aux nazis, défendu Fidel Castro et Robert Mugabe, puisse donner des avis sur les droits de l'homme», affirme le communiqué.

«La rhétorique anti-israélienne de Jean Ziegler ajoute une nouvelle voix au choeur des représentants de l'ONU qui dénoncent Israël plutôt que de condamner l'extrémisme islamiste», ajoute la représentante républicaine de l'Etat de Floride.

Jean Ziegler a obtenu 40 voix mercredi sur les 47 pays membres du Conseil pour son élection comme expert au comité consultatif.

Rapporteur partial

Mme Ros-Lehtinen fustige aussi la désignation mercredi soir par le Conseil d'un nouveau rapporteur de l'ONU sur les territoires palestiniens, Richard Falk, qui remplace le Sud-Africain John Dugard.

«Plutôt que de remplacer un rapporteur obstinément anti- israélien par une voix impartiale et honnête, le Conseil a désigné un professeur de Princeton qui a appelé Ariel Sharon un criminel de guerre, a soutenu la réduction de l'aide à Israël en solidarité avec la cause palestinienne et suggéré que l'Iran peut fournir un modèle de gouvernement», déclare la représentante américaine.

Elle conclut en affirmant que les voix de la raison et de la modération sont marginalisées au Conseil des droits de l'homme et qu'une réforme de l'ONU s'impose.

Mercredi, l'ambassadeur israélien à l'ONU Itzhak Levanon ainsi que l'ambassadeur américain Warren Tichenor avaient aussi critiqué la nomination de Richard Falk, imposée par le bloc des pays islamiques.

«Le candidat proposé ne pense pas qu'il s'agit d'une exagération d'associer le traitement des Palestiniens aux atrocités commises par les nazis, de considérer les attentats suicide comme une méthode valable de lutte et d'accuser Israël de tendances génocidaires», a déclaré l'ambassadeur israélien, en dénonçant «une défaite» pour le Conseil qui a cédé à «l'intimidation».

Le nouveau rapporteur de l'ONU pour les droits de l'homme dans les territoires palestiniens avait déjà fait partie en 2001 d'une commission d'enquête demandée par l'ONU sur les «crimes de guerre» commis par Israël à la suite du déclenchement de l'Intifada. Israël avait refusé de collaborer avec cette commission.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!