Conseil des droits de l'homme: Micheline Calmy-Rey satisfaite
Actualisé

Conseil des droits de l'homme: Micheline Calmy-Rey satisfaite

Micheline Calmy-Rey a qualifié d'»immense motif de satisfaction» l'élection de la Suisse au nouveau Conseil des droits de l'homme.

La Conseillière fédérale estime que l'accession à cet organe de pays comme Cuba, la Chine ou l'Arabie saoudite ne le décrédibilisent pas.

«La crédibilité de la Suisse est telle qu'elle nous a permis d'être élu», a analysé la cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) sur les ondes de la Radio suisse romande (RSR). «C'est aussi une satisfaction par rapport au fonctionnement du DFAE: des dizaines de personnes ont travaillé à New York et ailleurs pour ce résultat», a-t-elle relevé.

«La Suisse a pris un certain nombre d'engagements pour que ce Conseil soit fort, efficace et équitable», a ajouté la ministre. Commentant l'accession à cet organe de pays critiqués pour leur non- respect des droits de l'homme, Mme Calmy-Rey a rappelé que Berne «ne veut pas juger les autres, mais promouvoir avant tout le dialogue pour améliorer les standards» concernant ces droits.

Marquer une rupture

«Certains pays, comme Cuba, ont pris des engagements à cet égard», a-t-elle souligné, estimant que le nouveau Conseil ne serait pas décrédibilisé.

Il est primordial pour la Suisse que le Conseil des droits de l'homme «marque une rupture» avec la Commission qui l'a précédé, en terme de crédibilité, a précisé la cheffe du DFAE. Un séminaire réunissant des experts en droits de l'homme doit plancher sur son fonctionnement lundi prochain à Lausanne. (ats)

Ton opinion