Genève: Conseil fédéral: Pierre Maudet hésite encore
Actualisé

GenèveConseil fédéral: Pierre Maudet hésite encore

Les chances du magistrat genevois d'accéder au gouvernement fédéral sont minces. Il réfléchit donc à l'opportunité de se présenter.

par
mpo
Pierre Maudet, conseiller d'Etat genevois en charge du departement de la securite et de l'economie (DSE), pose pour le photographe, ce mardi 4 juillet 2017 a Geneve. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Pierre Maudet, conseiller d'Etat genevois en charge du departement de la securite et de l'economie (DSE), pose pour le photographe, ce mardi 4 juillet 2017 a Geneve. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Keystone/Salvatore di Nolfi

Pierre Maudet se lancera-t-il à l'assaut du Conseil fédéral? Ses chances sont ténues, juge la «Tribune de Genève». Ce qui n'empêche pas le conseiller d'Etat PLR genevois de consulter, d'après des proches.

Les plus

Selon certains membres du parti genevois, il y a une carte à jouer, notamment parce que le PS ne veut pas du Tessinois Ignazio Cassis, pourtant favori.

Politicien à la carrière fulgurante, Pierre Maudet ne ménage pas ses efforts pour se faire connaître au niveau national. Il a par exemple présenté «son» rapport sur l'armée et marqué les esprits avec l'opération Papyrus visant à légaliser les sans-papiers genevois.

De plus, il passe pour un dur sur les questions sécuritaires dans les médias alémaniques.

Les moins

Pour accéder au gouvernement, il faudrait barrer la route à un candidat tessinois, voire à une femme. Deux éventualités qui mettraient Pierre Maudet face à des revendications perçues comme légitimes.

Bien que très connu de ce côté-ci de la Sarine, le PLR ne bénéficie que d'une notoriété toute relative en Suisse alémanique. Ne pas siéger à Berne constitue un handicap sérieux dans la course au Conseil fédéral.

En termes de soutien, il faudra à Pierre Maudet des appuis forts. Or, certaines de ses positions, comme son ouverture à l'Europe, ne plaisent pas à l'UDC.

Tenter sa chance

Malgré cela, certains militants interrogés par la «Tribune de Genève» se montrent enthousiastes. Ils estiment que le conseiller d'Etat genevois doit tenter sa chance. Une élection n'est jamais perdue d'avance, jugent-ils.

Ton opinion