Actualisé 29.04.2020 à 18:21

Test du TCS

Consommation réelle plus fidèle aux chiffres annoncés

Des tests réalisés par le TCS (Touring Club Suisse) montrent que la nouvelle procédure WLTP est plus fiable que l'ancienne.

de
pd/age
Une technologie de mesure sophistiquée permet à la nouvelle norme d'obtenir des valeurs de consommation réalistes.

Une technologie de mesure sophistiquée permet à la nouvelle norme d'obtenir des valeurs de consommation réalistes.

PD

C'est un phénomène bien connu des automobilistes. La consommation moyenne au quotidien est nettement plus élevée que celle indiquée dans le prospectus de vente. Mais cela a changé, comme le révèle un test effectué par le TCS. Si la consommation réelle de carburant aux 100 kilomètres dans la série de mesures réalisées entre 2014 et 2017 était encore supérieure de 1,6 à 1,8 litre par rapport aux valeurs du constructeur, la différence n'est plus que de 0,3 litre à l'heure actuelle.

C'est grâce à la nouvelle procédure de mesure de la consommation de carburant. Depuis le début de l'année, les constructeurs doivent afficher les valeurs de consommation des véhicules neufs selon la norme WLTP (Worldwide harmonised Light-duty vehicles Test Procedure). Tout comme la procédure NEDC (New European Driving Cycle), introduite en 1996 et aujourd'hui obsolète, ces tests sont également réalisés en laboratoire sur un banc d'essai à rouleaux, mais grâce à un profil de conduite plus réaliste, les valeurs sont aujourd'hui beaucoup plus fidèles à la consommation réelle.

Des distances plus longues

Dans le cadre de la norme WLTP, les essais durent plus longtemps et sont menés sur une distance qui représente plus du double de celle d'avant, dans un style de conduite nettement plus dynamique, en adoptant des vitesses moyennes et maximales plus élevées. D'après le TCS, celles-ci correspondent à peu près à la réalité sur nos routes et se traduisent par une consommation de carburant ou d'électricité supérieure à celle obtenue avec la procédure NEDC.

De plus, la norme WLTP permet de mieux prendre en compte l'influence de l'aérodynamique et d'éventuels équipements en option sur la consommation de carburant. Contrairement à ce qui était autorisé dans la procédure NEDC, il n'est désormais plus possible d'optimiser le véhicule pour les tests, notamment en l'équipant de pneus moins gros ou en retirant certains équipements. Cela permet d'obtenir l'effet escompté. Les tests effectués par le TCS montrent que les données du constructeur selon le cycle WLTP correspondent davantage à la consommation réelle sur la route. En adoptant un style de conduite particulièrement écologique, il serait même possible, à en croire le TCS, d'atteindre les valeurs du constructeur dans la réalité.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!