Actualisé 17.03.2020 à 14:58

Football

Constantin: «Ça ne sert à rien de vouloir bricoler»

Pour le patron du FC Sion, le report de l'Euro ne change rien au problème du calendrier, compte tenu de l'urgence sanitaire qui prévaut. Réactions dans les clubs romands de Super League.

de
Sport-Center
Reverra-t-on du foot en Suisse ce printemps (ici le stade de Tourbillon lors du Sion - Servette d'octobre dernier)?

Reverra-t-on du foot en Suisse ce printemps (ici le stade de Tourbillon lors du Sion - Servette d'octobre dernier)?

Keystone

«La réalité aujourd'hui, c'est que personne ne sait comment s'en sortir. Cela ne sert à rien de vouloir bricoler. Chez nous, les joueurs ne demandent qu'à pouvoir rentrer chez eux, dans leur famille, c'est normal. Il y a plus urgent que le football.»

Alors que le report de l'Euro d'une année, entériné ce mardi par l'UEFA, offre une chance théorique d'espérer boucler la saison en Suisse aussi, Christian Constantin n'a pas changé d'avis, lui qui préconise l'arrêt définitif des compétitions dans notre pays. «Cette saison est foutue, il faut l'annuler dès l'instant où l'on ne pourra pas caser encore 16 dates (ndlr: 13 de championnat et trois consacrées à la Coupe de Suisse) et plutôt prendre du temps pour imaginer l'avenir.»

Pour le président du FC Sion, il conviendrait de se focaliser sur le prochain exercice, sans même savoir quand celui-ci pourrait commencer, ni comment boucler les futurs budgets. «A chaque étage de la société, la casse financière risque d'être terrible. Les personnes et les entreprises vont être tellement en difficulté économique qu'elles ne soutiendront sans doute plus le sport, elles auront d'autres priorités. Avec des contrats qui risquent de devenir caducs, le mercato lui-même va être complètement chamboulé.»

A la Porte d'Octodure, habituel «stamm» du FC Sion à Martigny, tout est vide. «L'hôtel, le restaurant, le foot, etc... tout est bouclé. () Quand il n'y a plus de vie, c'est difficile de vivre.» Cela n'empêche pas Constantin de toujours fourmiller d'idées. En voici une: «A la rigueur, on pourrait commencer la prochaine saison en terminant la Coupe de Suisse en août, avant d'enchaîner avec le nouveau championnat.»

«Finir le championnat, c'est limiter la casse»

A Genève comme partout ailleurs, le FC Servette est lui aussi à l'arrêt total. «En tant que dirigeant, convient Constantin Georges, CEO «grenat», on a le devoir de se soucier de la santé des joueurs, du staff et de tout le personnel administratif. Ce qui arrive est une catastrophe. Il va y avoir une casse énorme. Sans doute mettra-t-on plusieurs années à se relever d'une manière globale.»

Comme plusieurs de leurs homologues dans les autres clubs, les responsables servettiens sont d'avis qu'il vaudrait mieux terminer la saison. «Sinon, reprend notre interlocuteur, on met qui en Ligue des champions? On envoie qui en Challenge League? Le championnat est faussé pour tout le monde. Le report de l'Euro libère des dates. On veut jouer, si l'on peut jouer, si les autorités nous y autorisent. On obéit aux ordres de ceux qui savent. Finir le championnat, c'est à nos yeux une manière de limiter la casse.»

Confiné à la maison, Christian Binggeli a pris bonne note du report de l'Euro. Imaginer un nouveau calendrier dans le but de terminer la saison n'est pas sa priorité. «Plutôt qu'au championnat, je préfère penser au bien-être de la société. L'urgence, c'est de sauver des vies, pas de savoir comment éventuellement terminer la saison.» Et le président de Neuchâtel Xamax de conclure, philosophe: «L'état de la pandémie, surtout son arrêt espéré, nous donnera le départ d'une nouvelle vie.»

Dans tous les clubs de SFL, les joueurs ont reçu des programmes de maintien physique individuel à effectuer à domicile. Quant à savoir quand ils retrouveront un ballon au grand air...

Nicolas Jacquier

Autres réactions

Pierluigi Tami: «La décision de l'UEFA est un choix logique. A l'heure actuelle, la santé des gens est le plus important. Le sport doit passer au second plan. Dans le même temps, l'UEFA a offert aux ligues et aux clubs la possibilité de terminer leurs championnats.»

Vladimir Petkovic: «Dans cette situation, la décision de l'UEFA est juste. La santé est la priorité pour nous tous. Naturellement, j'aurais adoré qu'on puisse jouer cet Euro, mais une préparation professionnelle et optimale n'aurait pas pu être possible dans ces circonstances. J'espère que cette crise va vite se terminer et que le football va recommencer à se jouer. J'espère qu'on pourra préparer cet Euro de 2021 à partir de la Ligue des Nations qui débutera au mois de septembre et que l'été d'après sera un festival de football, avec beaucoup de spectateurs enthousiastes dans toute l'Europe.»

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!