Football: Constantin: «Les rumeurs sur Balotelli, je m’en fous!»

Publié

FootballConstantin: «Les rumeurs sur Balotelli, je m’en fous!»

Après avoir battu Bâle et Saint-Gall, les Valaisans attendent Winterthour dimanche (14h30). En faisant fi des bruits qui évoquent un départ de la star italienne en janvier.

par
Daniel Visentini
«Super Mario» n’est pas encore décisif sur le terrain. Mais en dehors, on parle souvent de lui.

«Super Mario» n’est pas encore décisif sur le terrain. Mais en dehors, on parle souvent de lui.

AFP

Il fallait sans doute s’y attendre. Avec Mario Balotelli, le spectacle est éventuellement sur le terrain, dans le meilleur des cas, mais aussi en coulisses. Si chacun des gestes de l’Italien est épié, comme cette escapade festive à Lausanne dernièrement par exemple – Sion espère ne pas découvrir d’autres «surprises» –, «Super Mario» est aussi au cœur de rumeurs. À la veille de Sion – Winterthour, le voilà annoncé par des médias transalpins comme malheureux en Valais et déjà possiblement habité par l’idée d’un retour en Italie, dès le mois de janvier. À peine arrivé, déjà sur le départ?

Le buteur a réagi lui-même pour tordre le cou à ces bruits, évoquant sur les réseaux sociaux de «fausses informations». Si l’on ajoute encore un possible intérêt de Schalke 04 pour Filip Stojilkovic, selon la presse allemande, cela raconte un fourmillement autour du FC Sion. Qui reste droit dans ses bottes, Barthélémy Constantin rangeant tout cela au rayon des racontars. Le directeur sportif veut rester serein. Et il le peut, au regard des derniers résultats de son équipe.

Titulaire dimanche contre Winterthour?

Christian Constantin, lui, est également très calme. Le président savoure les performances sportives. Et reste sourd aux différentes rumeurs, où il est question de l’avenir sportif de Mario Balotelli ou de ses frasques en dehors de la pelouse. «Des rumeurs, soupire Constantin. Des rumeurs qui ne sont que des rumeurs. Parce que c’est Mario, on entend tout et n’importe quoi. C’est comme ça. Je crois que nous devons apprendre à vivre avec tous les commentaires qu’il suscite autour de sa personne.»

«Je crois que nous devons apprendre à vivre avec tous les commentaires qu’il suscite autour de sa personne.»

Christian Constantin, président du FC Sion.

Avec le risque qu’à terme cela puisse déstabiliser le groupe? Comment Christian Constantin accueille-t-il vraiment tout ce tumulte autour de Balotelli? «Les rumeurs sur Balotelli, je m’en fous!, tranche-t-il. Il y a aussi eu, toujours, des rumeurs autour de moi. On a l’habitude. Franchement, je n’ai absolument pas peur que cela puisse déstabiliser l’équipe. Il y a une seule chose qui est vraie: Mario a très bien bossé à l’entraînement durant la pause internationale. Le but était de le remettre encore plus à niveau, de manière plus pointue. Il est bien, là.»

Prêt à commencer la rencontre de dimanche contre Winterthour, à Tourbillon (14h15)? «Ce n’est pas improbable qu’il soit titulaire au coup d’envoi», précise Constantin.

Deux succès probants

C’est que Sion à le vent en poupe. Avant la pause internationale, Sion c’est: un succès à domicile face à Bâle (2-1) et une victoire probante à Saint-Gall (1-2). Un but de Stojilkovic dans chaque rencontre (il en est à quatre réussites cette saison). Il ne manquerait plus que Balotelli trouve le chemin des filets, aidé pourquoi pas par le retour de Cyprien en reformant le duo qui cartonnait à Nice, pour que Sion commence à faire peur.

Après ces deux succès de prestige, les hommes de Tramezzani sont d’ailleurs prêts à continuer sur leur lancée. Ils accueillent Winterthour, cancre de la ligue: deux points, quatre buts marqués seulement et 19 déjà concédés. Rien d’insurmontable pour qui veut poursuivre une série victorieuse.

Le souvenir de 2019

Sion qui vise une troisième victoire de suite, c’est bien. C’est peut-être de la série vécue en 2019 que les Valaisans veulent s’inspirer. Début de saison timide à l’époque: deux matches, un point. Mais ensuite, réveil tonitruant: Sion passe de la neuvième place à la tête du classement, ex-aequo avec Bâle, en alignant cinq succès consécutifs.

De quoi se prendre à rêver, avant un pénible retour sur terre. La suite est très compliquée. Ce n’est qu’au prix d’un succès lors de l’ultime journée, à Genève contre Servette (1-2), que les Sédunois évitent la place de barragiste.

Le Sion d’aujourd’hui semble mieux armé, plus cohérent quant à ses intentions sur le terrain. À lui de savoir vivre avec les rumeurs, en espérant que la seule présence de Balotelli – et ce qu’elle charrie en marge du terrain – n’emporte pas les élans naissants.

Ton opinion

28 commentaires