Fribourg – Constantin taclé par la justice pour avoir financé le… FC Sion
Publié

FribourgConstantin taclé par la justice pour avoir financé le… FC Sion

Le président du club de foot est aussi un promoteur immobilier actif à Fribourg. Une affaire de sponsoring s’est finie devant le Tribunal, qui a donné tort au Valaisan. Mais un recours au Tribunal fédéral se dessine déjà.

Christian Constantin est sûr de son bon droit. L’histoire devrait donc connaître un nouvel épisode juridique.

Christian Constantin est sûr de son bon droit. L’histoire devrait donc connaître un nouvel épisode juridique.

Freshfocus/Pascal Muller

Christian Constantin aurait-il un peu abusé des vases communicants? C’est ce que semble penser la justice fribourgeoise qui vient de lui donner tort dans une histoire d’impôts, indique le site Frapp. En effet, le président du FC Sion est aussi, entre autres, promoteur immobilier. Une de ses sociétés possède des biens dans le canton de Fribourg, où elle fait l’objet d’une taxation fiscale. Or le service fribourgeois des contributions a refusé de prendre intégralement en compte le montant de 3,7 millions versé au club de foot sédunois au titre de sponsoring, en 2018. Il avait estimé que les dépenses correspondant à ce financement n’avaient pas pu soutenir la promotion immobilière dans le canton de Fribourg et avait retenu un bénéfice plus élevé que celui déclaré par la société de Constantin pour établir sa taxation.

Une décision que Christian Constantin a contestée auprès du Tribunal cantonal, qui a donné tort au Valaisan. Il a estimé que les montants versés au titre de sponsoring doivent avoir une contrepartie, ou au moins servir un but publicitaire indirect. Dans le cas présent, les 3,7 millions ont permis de payer la location de locaux, les frais de repas et d’hébergements de joueurs ou de clients, des factures d’avocats ou encore des dépenses liées à l’avion du président du club de foot. La Cour a d’ailleurs souligné qu’aucun contrat de sponsoring entre la société immobilière de Christian Constantin et celle qui contrôle le FC Sion n’avait été établi. Convaincu de son bon droit, Christian Constantin a dit à Frapp que ses avocats étaient déjà en train de rédiger un recours. L’affaire devrait donc connaître un nouvel épisode, devant le Tribunal fédéral.

(jfz)

Ton opinion

9 commentaires