Actualisé

IsraëlConstruction d'un mur temporaire à Jérusalem

Après la mise en place de contrôles de passage, les forces de l'ordre prennent des mesures plus drastiques pour isoler certains quartiers palestiniens.

1 / 150
Des Palestiniens réclament la Présence internationale temporaire à Hébron (TIPH).  (Vendredi 1er février 2019)

Des Palestiniens réclament la Présence internationale temporaire à Hébron (TIPH). (Vendredi 1er février 2019)

AFP
Le président israélien Reuven Rivlin a rejeté dimanche la demande de grâce d'un soldat franco-israélien reconnu coupable et condamné pour avoir achevé un assaillant palestinien blessé et au sol. (Dimanche 19 novembre 2017)

Le président israélien Reuven Rivlin a rejeté dimanche la demande de grâce d'un soldat franco-israélien reconnu coupable et condamné pour avoir achevé un assaillant palestinien blessé et au sol. (Dimanche 19 novembre 2017)

Keystone
Israël va accélérer la construction d'un mur souterrain autour de Gaza visant à empêcher les infiltrations palestiniennes par des tunnels. (Jeudi 10 août 2017)

Israël va accélérer la construction d'un mur souterrain autour de Gaza visant à empêcher les infiltrations palestiniennes par des tunnels. (Jeudi 10 août 2017)

Keystone

La police israélienne a entamé dimanche la construction d'un mur, présenté comme temporaire, à Jérusalem-Est, lequel est censé protéger un quartier de colonisation d'attaques lancées depuis un quartier palestinien voisin, a constaté un photographe de l'AFP.

Dimanche soir, la police avait disposé six dalles d'environ 2 m de long chacune en contrebas du quartier palestinien de Jabal Moukabber, perché à flanc de coteau sur les hauteurs de Jérusalem-Est, la partie palestinienne occupée et annexée par Israël de la Ville sainte.

Des inscriptions en hébreu au bas de ces dalles indiquent «barrière de police temporaire et mobile».

Le mur, qui doit atteindre 300 mètres de long selon une porte-parole municipale, doit séparer Jabal Moukabber, d'où sont originaires certains des auteurs des récentes attaques anti-israéliennes, du quartier de colonisation juive d'Armon Hanetsiv.

D'après les autorités, cette structure temporaire a été placée à un endroit «où il y a des antécédents de jets de pierre et de cocktails Molotov sur des maisons et des voitures de juifs».

Escalade de la violence

La mise en place de ce mur intervient quelques jours après la mise en place de points de contrôle israéliens aux accès de quartiers de Jérusalem-Est, dont Jabal Moukabber, censés endiguer le flot des attaques.

L'Union sioniste, le principal parti d'opposition, a critiqué cette construction. Le Premier ministre israélien Benjamin «Netanyahu a officiellement divisé Jérusalem aujourd'hui (dimanche)», a indiqué le parti de centre gauche dans un communiqué. «Netanyahu a perdu la capacité de préserver la sécurité des citoyens israéliens et l'unité de Jérusalem.»

La vague de violences qui secoue depuis le 1er octobre Israël et les Territoires palestiniens fait craindre le déclenchement d'une nouvelle intifada. Au moins 42 Palestiniens ont été tués, dont plusieurs auteurs d'attaques au couteau et à l'arme à feu, et des centaines blessés. Au moins sept Israéliens sont morts et des dizaines ont été blessés.

Une nouvelle attaque a du reste eu lieu dimanche, faisant deux morts, dont un des assaillants, qui a été abattu par les forces de l'ordre. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!