Actualisé 26.04.2008 à 15:48

Construction: le syndicat Unia accepte la nouvelle convention

Désormais, il ne manque plus que le feu vert des délégués de la Société suisse des entrepreneurs, qui se prononceront mardi.

Réunis samedi, les 150 délégués de la conférence de la costruction ont accepté à une très large majorité l'accord intervenu avec la SSE lors de la 2e médiation, a annoncé samedi Unia. Seuls quatre représentants se sont opposés à la nouvelle convention nationale.

Les partenaires sociaux s'étaient mis d'accord le 14 avril, sous la conduite de Jean-Luc Nordmann, après que l'assemblée des délégués de la SSE a refusé en janvier les résultats d'une première médiation. Les membres de l'association patronale avaient exigé des améliorations pour la compensation des heures de travail perdues ainsi que pour le fonds d'application et de formation (Parifonds).

Selon Unia, le compromis négocié lors de la seconde médiation ne présente aucun changement par rapport à l'accord initial. Les quelques précisions apportées lors de ce deuxième round de discussions avec le médiateur n'ont pas d'influence réelle sur le résultat d'ensemble. D'où la faible opposition à la demande d'approuver cet accord.

Vote de la SSE attendu mardi

Le vide conventionnel de sept mois devrait prendre fin au 1er mai. Pour autant que les délégués de la SSE acceptent mardi le compromis qui devrait passer le cap de la base, avait promis Werner Messmer, président de la SSE.

L'opposition dans les rangs de la SSE provenait surtout de Suisse alémanique. Des solutions transitoires locales avaient été adoptées dans cinq cantons romands (FR, GE, JU, VD, VS) ainsi qu'au Tessin.

Les membres du comité de construction de Syna, qui ont eux accepté jeudi le nouvel accord, ont toutefois émis quelques critiques, notamment concernant les risques d'entreprise. Les heures perdues à cause d'intempéries, de pannes techniques ou de manque de travail sont désormais supportés en grande partie par les travailleurs.

Ils ont également regretté ne pas avoir obtenu que Parifonds redevienne totalement paritaire dès sa réintroduction le 1er juillet. Malgré ces deux aspects négatifs, le compromis a été approuvé à l'unanimité.

Bon instrument

La convention est globalement un bon instrument de protection sociale pour les 100.000 travailleurs de la branche, a estimé Syna. D'autant plus que le dumping social et salarial sera empêché par la déclaration de force obligatoire de cet accord, a ajouté le syndicat.

Syna a par ailleurs demandé que les entreprises oeuvrant sur le chantier du Gothard retirent leurs plaintes en dommages et intérêts suite à la grève de 24 heures d'octobre 2007. Pour le syndicat, la fin du vide contractuel signifie le retour de la paix du travail.

Pour mémoire, le conflit dans la construction a démarré en mai 2007, lorsque les délégués de la SSE ont résilié la CN au 30 septembre. Plusieurs mouvements de protestation et des grèves ont depuis paralysé les principaux chantiers de Suisse. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!