Actualisé 15.04.2020 à 12:26

Cyclisme

Contador balance sur Armstrong

Coéquipier de Lance Armstrong lors du Tour de France 2009, Alberto Contador raconte son quotidien avec le champion américain.

de
Sport-Center
Lance Armstrong et Alberto Contador sur le Tour de France 2009.

Lance Armstrong et Alberto Contador sur le Tour de France 2009.

Keystone

En ce mois de juillet 2009, Alberto Contador est le favori du Tour de France. Leader de l'équipe Astana - équipe qui était exclue de la grand boucle la saison précédente en raison d'un scandale de dopage - l'Espagnol voit arriver Lance Armstrong parmi ses coéquipiers.

L'Américain (38 ans alors) revient d'une pause forcée de trois ans pour cause de maladie. Associés au sein de la formation kazakh, les deux coureurs n'ont de cesse de s'adresser des piques par médias interposés durant l'épreuve.

Dans un entretien avec le youtuber Valenti Sanjuan, Alberto Contador est revenu sur cette rivalité. «Le Tour a commencé par une controverse pour savoir qui de moi ou Armstrong allait être leader, explique le «Pistolero». J'étais de retour sur le Tour après l'avoir gagné en 2007. J'avais remporté le Giro et la Vuelta en 2008 parce qu'on n'avait pas laissé notre équipe faire le Tour. Je me disais que j'allais gagner quoiqu'il arrive. Lance était de retour, dans mon équipe, et il était évident qu'il voulait lui aussi remporter le Tour. Mais un seul pouvait gagner et la tension était énorme.»

Pour désamorcer le conflit, Contador sollicite alors un entretien avec Armstrong la veille du départ. «Je suis allé parler avec Lance directement dans sa chambre, explique l'Espagnol pour illustrer comment il s'est fait mener en bateau par le Texan. Il m'a dit: "C'est mieux pour moi si tu gagnes le Tour." Mais plus tard, j'ai vu qu'il avait posté ça sur Twitter: "On verra avec le chrono qui sera le leader". J'avais perdu mon temps.»

Durant la cinquième étape, Armstrong fait rouler ses coéquipiers, visiblement acquis à sa cause, contre leur leader pour tenter de créer une bordure. «Quand j'ai franchi la ligne d'arrivée, mon attaché de presse et mon frère m'ont dit de me calmer, de monter dans le bus, de me détendre. Armstrong avait repris 40 secondes sur moi et il était devant moi au classement général.»

L'ambiance se détériore encore, selon Contador, lorsque l'Américain le prend à parti au sein du peloton. «Il m'emmène à l'arrière et me dit: "Ne me bai** pas." La tension était à son maximum.»

Finalement, Contador s'assurera de la victoire finale lors de la montée vers Verbier. Sur le podium à Paris, l'Espagnol est entouré d'Andy Schleck, deuxième, et d'Armstrong, troisième mais déclassé en 2012 pour dopage.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!