Actualisé 14.05.2015 à 20:49

Cyclisme - GiroContador chute et se blesse, Greipel s'impose

Le leader du classement général s'est blessé à l'épaule à l'arrivée de la 6e étape du Tour d'Italie. La victoire est revenue au sprint à André Greipel, au grand dam de la formation IAM, deuxième (via Matteo Pelucchi).

Contador a gardé sa place tout en haut du classement, sans céder de temps à ses adversaires directs. Mais il n'a pu revêtir le maillot rose qu'il avait conquis mercredi sur le podium protocolaire en raison de ses douleurs. L'Espagnol souffre d'une luxation à l'épaule gauche, a-t-on appris en début de soirée auprès de son équipe Tinkoff mais espère pouvoir poursuivre la course. La prochaine étape, la plus longue de cette 98e édition, propose un parcours marathon de... 264 kilomètres entre Grosseto et Fiuggi, à l'est de Rome.

«Il va essayer de repartir avec un bandage pour soutenir le bras, a déclaré son conseiller Jacinto Vidarte. Pendant la nuit, il va garder le bras immobilisé comme le lui ont prescrit les médecins.» Contador a été également touché à un genou dans la chute collective qui a marqué l'arrivée de l'étape. «Mais il a dit que ce n'était rien, il n'a pas non plus beaucoup de douleurs», a ajouté son conseiller.

Après l'étape, le Madrilène a rejoint l'hôtel de son équipe, à Punta Ala, un complexe distant d'une vingtaine de kilomètres. Il a passé des radios auprès de l'unité mobile du Giro qui n'ont montré aucune fracture. «Il n'a rien de cassé, a confirmé Jacinto Vidarte. Ce n'est pas une chute aussi grave que celle du Tour de France l'été dernier.» En juillet dernier, Contador avait été contraint à l'abandon, pendant la grande étape des Vosges du Tour de France (fissure tibia). Il avait gagné ensuite la Vuelta, sa course de reprise.

Contador a fait une cabriole à près de 200 mètres de la ligne. Il s'est retrouvé au sol, en même temps que d'autres coureurs, dans la vague provoquée par la chute, de l'autre côté de la route, de l'Italien Daniele Colli, le plus sévèrement touché. Une chute apparemment provoquée, d'après les images TV et plusieurs témoignages, par le zoom d'un photographe amateur.

Le règlement stipule la neutralisation des écarts pour les coureurs victimes de chute ou d'incident mécanique dans les trois derniers kilomètres (sauf pour les arrivées au sommet). De ce fait, le porteur du maillot rose a été classé dans le même temps que les premiers.

Le sprint s'est conclu en faveur de Greipel. Le champion d'Allemagne a devancé nettement les Italiens Matteo Pelucchi et Sacha Modolo au terme de cette étape de 183 kilomètres de plaine, intégralement en Toscane.

Le «Gorille» (le surnom de Greipel) de 32 ans a respecté la tradition voulant qu'il enlève une étape à chacune de ses participations au Giro. Déjà victorieux en 2008 et en 2010 dans la course italienne, il a remporté son 13e succès dans les grands tours (6 étapes du Tour de France et 4 de la Vuelta).

Une nouvelle fois, c'est donc la frustration qui prime du côté de l'équipe IAM. Mercredi, lors de la première arrivée en côte, Sylvain Chavanel avait lui aussi échoué au deuxième rang derrière le Slovène Jan Polanc.

La prochaine arrivée, jugée en légère montée (3 à 4 % de pente), sera moins favorable à Greipel. Mais, pour le Giro, le suspens tient avant tout à l'avenir immédiat de Contador qui, à 32 ans, s'est lancé cette saison dans le défi de réussir le doublé Giro-Tour de France. (si)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!