Tour de France: Contador craint surtout «un mauvais jour»
Actualisé

Tour de FranceContador craint surtout «un mauvais jour»

Alberto Contador, deuxième du Tour de France, craint surtout «un mauvais jour» dans les Pyrénées qu'il aborde dimanche matin à 31 secondes seulement du Luxembourgeois Andy Schleck.

«C'est une bonne situation. Je ne veux pas risquer plus que nécessaire», a annoncé l'Espagnol, samedi, à Revel, terme de la 13e étape.

Le vainqueur sortant, qui a eu l'occasion de reconnaître les quatre étapes des Pyrénées, a décrypté les différents parcours:

Dimanche: «La première montée, Pailhères, est très dure, avec de forts pourcentages, avant la descente rapide et la montée vers Ax-3 Domaines, courte mais difficile. Les différences seront très importantes.»

Lundi: «La montée du port de Balès est longue et éprouvante, avec une descente très mauvaise ensuite. Cette étape ressemble à celle de la Madeleine (Saint-Jean-de-Maurienne).»

Mardi: «Je m'attends à une journée difficile, parce qu'elle commence par l'ascension de Peyresourde et qu'elle franchit le Tourmalet et l'Aubisque. Mais il y a ensuite 60 kilomètres pour rejoindre l'arrivée, ça permet de voir les mouvements de course.»

Jeudi (lendemain du jour de repos): «Enfin, l'arrivée au Tourmalet, dont tout le monde parle, avec deux cols auparavant, Marie-Blanque et Soulor. Ce jour-là (jeudi), il faudra analyser le classement général pour décider de ce que l'on va faire. Mais, l'essentiel, c'est de ne pas connaître un mauvais jour.»

(afp)

Ton opinion