Actualisé 01.09.2015 à 13:20

Bâle et Berne

Containers et tentes pour abriter les requérants

Face à l'afflux de requérants d'asile, les autorités multiplient les solutions pour les héberger.

C'est ce type de tente qui avait été choisi dans le canton d'Argovie pour abriter les sans-abri.

C'est ce type de tente qui avait été choisi dans le canton d'Argovie pour abriter les sans-abri.

L'armée va mettre des tentes à disposition du canton de Berne. Le gouvernement de Bâle-Ville envisage, lui, d'installer des containers sur une zone industrielle désaffectée.

L'armée met dix tentes à la disposition du canton de Berne pour accueillir provisoirement des requérants d'asile. Cet hébergement permettra d'abriter jusqu'à 250 personnes dès la mi-septembre sur le site du centre de Kappelen-Lyss, dans le Seeland.

Les requérants y seront hébergés au fur et à mesure de leur arrivée, pour autant que les autres hébergements collectifs soient complets, annonce mardi le canton de Berne. L'association «Asile Bienne et Région» prendra en charge ces demandeurs d'asile.

«Besoin urgent»

Le canton explique qu'il a un besoin «urgent» d'hébergements supplémentaires pour accueillir les requérants d'asile que lui attribue la Confédération.

Les autorités de Bâle-Ville prennent les devants. Le gouvernement propose au Grand Conseil d'aménager des sortes de mobilhomes offrant quelque 150 places pour une trentaine de familles sur l'ancienne zone industrielle des transports publics bâlois à Dreispitz.

A tous les sans-abri

Si le parlement donne son feu vert, ces logements provisoires devraient être disponibles à l'automne 2016 jusqu'à la réalisation du projet de construction d'un quartier d'habitations à cet endroit. Si, d'ici là, l'afflux de demandeurs d'asile devaient se réduire, les containers libres pourraient bénéficier à des sans-abri en situation d'urgence.

Ce sont d'ailleurs les services de l'aide sociale de Bâle qui se chargeront de l'exploitation de ces containers. Ces modules d'habitations comprendront des cuisines, salles de bains, bureaux pour le personnel d'accompagnement, une place de jeux et un local scolaire pour les enfants.

En Argovie déjà

Plutôt que les abris de protection civile souterrains, contestés, la solution des tentes n'est pas nouvelle.

Le canton d'Argovie l'a adoptée en en installant une douzaine (notre photo), de 140 places au total, près de trois centres d'accueil. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!