Grande-Bretagne: Contre l'avis des parents, les médecins débranchent un bébé
Actualisé

Grande-BretagneContre l'avis des parents, les médecins débranchent un bébé

Une équipe de médecins britanniques devait mettre fin samedi aux soins prodigués à un bébé de neuf mois, très lourdement handicapé. Ses parents avaient perdu la veille une procédure juridique pour le maintenir en vie.

Le bébé souffre de troubles du métabolisme dû à une maladie génétique rare, de lésions au cerveau, et a subi des arrêts respiratoires.

Les parents souhaitaient le maintien en vie de leur fils. Mais les médecins estimaient qu'il n'y avait pas d'espoir de sauver le petit garçon qui endurait des douleurs insupportables.

Les juges de la Cour d'appel de Londres ont tranché vendredi en faveur des médecins, tout en faisant part de leur «profonde compassion» aux parents.

Le père et la mère se sont déclarés «profondément accablés» par la décision de la justice de couper l'aide respiratoire qui maintenait leur fils en vie. «Nous voulons profiter du peu de temps qu'il nous reste avec notre fils», ont-ils expliqué dans un communiqué transmis par leurs avocats.

«Il peut ressentir du plaisir»

«Nous sommes et nous resterons convaincus que malgré ses très graves problèmes, sa vie est précieuse et vaut la peine d'être préservée aussi longtemps qu'il est possible de le faire sans lui causer une douleur superflue», ont ajouté les parents.

«C'était le vrai objet du débat entre nous et les médecins. Ils pensent que sa vie est insupportable et que ses handicaps sont tels que sa vie a peu de sens. Mais nous sommes persuadés, comme certaines infirmières, qu'il peut ressentir du plaisir et qu'il y a de longues périodes pendant lesquelles il était détendu et ne subissait pas de douleur», ont-ils relevé.

Les juges, qui ont interdit la publication du nom de l'enfant ou de l'hôpital impliqué, ont indiqué qu'ils donneraient les raisons de leur jugement à une date ultérieure. (ats)

Ton opinion