30.06.2020 à 04:07

Mobilité

Contrôle de billets par des policiers: malaise aux CFF

Le personnel de sécurité assurerait de plus en plus la vérification des titres de transport. Ce qui inquiète certains agents de train.

de
Abdoulaye Penda Ndiaye
La police des transports est habilitée à inspecter les tickets.

La police des transports est habilitée à inspecter les tickets.

KEYSTONE

«Dès le départ de Genève, un agent de la police ferroviaire s’est présenté en première classe pour contrôler les billets des voyageurs. Avec un collègue, il a fait la même chose en deuxième classe. C’était un contrôle généralisé. Tout le monde semblait tout aussi surpris que moi.» Ce constat d’un pendulaire a aussi été fait par un autre voyageur sur la ligne Lausanne-Vevey au cours du mois de juin.

Cette pratique, qui aurait tendance à se développer, n’est pas sans inquiéter les contrôleurs. «Bientôt, pour faire des économies, les CFF chargeront la police ferroviaire de faire également notre job. Cela nous pend au nez», estime Victor*, dix ans de carrière au sein de la compagnie. «Au fil des années, il y a plus de trains, plus de voyageurs, plus de mécaniciens, mais moins de contrôleurs», se désole-t-il, avant de dénoncer une «situation de sous-effectif».

La sécurité d’abord

Par le biais de Jean-Philippe Schmidt, la compagnie ferroviaire rappelle que la première tâche de la police des transports est de «patrouiller dans les gares et dans les trains afin d’y assurer la sécurité des clients». Selon le porte-parole des CFF, le contrôle des billets est une tâche que ces agents peuvent également effectuer. «Mais soyons clairs: ce n’est pas leur première mission, même si, selon les cas, ils sont tout à fait autorisés à le faire», nuance Jean-Philippe Schmidt.

Au sein du SEV, principal syndicat du personnel des transports en Suisse, la prudence est de mise. «C’est à l’entreprise de prendre position car nous n’avons pas une vision d’ensemble de la situation. Pour l’heure, d’après nos informations, il n’y a pas de problèmes entre les contrôleurs et les agents», commente Vivian Bologna, porte-parole du SEV. Il faut cependant préciser que dans cette affaire, le syndicat marche sur des œufs. De fait, il compte dans ses rangs aussi bien des policiers ferroviaires que des contrôleurs.

* Prénom d’emprunt

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
84 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Anty Raclure

01.07.2020 à 01:44

C’est fou ce que les gens deviennent chatouilleux, ça devient un crime de lèse-majestés de leurs demander de présenter un titre de transport.

Mac os

30.06.2020 à 08:06

je comprends que on doive faire appel à d autres service quand on voit que le personnel du train ne fait plus son travail, quand on entend que le personnel qui devrait faire les contrôles discute entre eux au les soirées vécues... il y a du jemenfoutisme chez ce personnel. virez le et embaucher des gens qui veulent travailler...

joel

30.06.2020 à 07:38

si les contrôleurs 'officiels faisait déjà leurs boulots! ils sont dans le trains mais je ne les vois jamais ou très peu contrôler les billets.