Genève: Contrôle musclé à l'aube
Actualisé

GenèveContrôle musclé à l'aube

Une course-poursuite a eu lieu samedi matin entre la place du Molard et la rue de Genève. La police croyait avoir mis la main sur une voiture volée. Ce n'était pas le cas.

par
rle

Plusieurs patrouilles de police genevoise ont pris en chasse samedi matin vers 5h un véhicule immatriculé en Seine-Saint-Denis, près de Paris.

La course-poursuite a débuté à la

place du Molard pour se terminer quelques minutes plus tard au début de la rue de Genève, non loin de la frontière française.

La police sort ses armes

«L'une des voitures de police s'est mise en travers de la route pour arrêter les fuyards, témoigne Eddy qui a assisté à toute la scène. Les gendarmes les ont ensuite tenu en respect avec leurs armes en attendant l'arrivée de renforts.»

Au total, c'est une demi-douzaine de véhicules banalisés ou non qui sont arrivés sur place. Ils ont alors procédé au contrôle et au menottage des trois jeunes occupants de la voiture française, devant des badauds médusés. «C'était exactement l'heure des sorties de boîtes de nuit, donc il y avait passablement de monde, poursuit Eddy. Moi-même je n'y croyais pas.»

Un simple contrôle

Finalement, l'interpellation tourne court. «Il s'agissait en fait d'un simple contrôle, précise Philippe Cosandey, porte-parole de la police. Les patrouilles avaient été averties dans la nuit du vol d'une Audi aux plaques françaises, exactement la même que celle que nous avons interceptée.»

Les trois jeunes français ont donc été relâchés. Reste à savoir pourquoi ils ont refusé d'obtempérer à la vue de la police. «Nous ne nous l'expliquons pas, car ils n'avaient rien à se reprocher, indique Philippe Cosandey. Nous avons contrôlé leur véhicule de long en large avec la brigade des chiens, mais rien n'a été découvert. L'affaire est close.»

Devenez lecteur reporter

2020, ou pour les clients Orange au 079 375 87 39 (70 centimes par MMS). Ou alors envoyez-les par e-mail à: .

Vous pouvez aussi nous les faire parvenir via nos applications iPhone et Android.

Si votre image est publiée dans notre journal, vous pouvez toucher jusqu'à 100 francs.

Ton opinion