Délinquance : Contrôleurs agressés dans un TGV Paris-Genève

Actualisé

Délinquance Contrôleurs agressés dans un TGV Paris-Genève

Des voyous s'en sont pris aux employés du train à grande vitesse qui circulait entre la France et la Suisse. Paris promet des renforts.

par
tpi/sha

«Un groupe de personnes surexcitées a traversé notre wagon en trombe. Puis, le train s'est immobilisé en gare de Bellegarde et une voix nous a annoncé, via les haut-parleurs, que la police allait faire une descente pour interpeller les agresseurs d'un contrôleur.» Le Paris-Genève de vendredi dernier n'a pas été de tout repos, comme le raconte cette passagère régulière du TGV-Lyria.

Montés dans la rame à Bourg-en-Bresse (F) sans titre de transport valable, des individus ont tenté de se soustraire au contrôle des agents de train. «Ils frappaient sur les vitres pour les intimider», précise Monica Hug, attachée de presse de la société Lyria qui exploite la ligne. Les contrôleurs ont décidé de faire appel aux forces de l'ordre, afin d'interpeller les indélicats à l'arrêt suivant. Mais, arrivés en gare de Bellegarde (F), ces derniers ont réussi à prendre la fuite. Dans la mêlée, un des contrevenants a blessé un agent SNCF.

Huit agents supplémentaires mobilisés

«C'est un événement très rare, mais nous en avons tiré les conclusions», rassure Monica Hug. La sécurité va ainsi être renforcée dans tous les TGV opérant la liaison France-Suisse.

Actuellement, deux agents de train - un CFF et un SNCF - arpentent chaque train à grande vitesse. A partir du 1er janvier, huit nouveaux employés français viendront leur prêter main-forte. «Ils sécuriseront les quais et pourront monter dans certaines rames, explique Monica Hug. Le but est de pouvoir alerter le plus rapidement possible la sécurité en cas de problème.»

Côté suisse, aucun dispositif supplémentaire n'est prévu. Les gardes-frontière patrouillent également sur ces lignes, «mais uniquement pour des tâches douanières», nuance leur porte-parole Michel Bachar.

Ton opinion