Apaisement des tensions: Corée du Nord et ONU entament des pourparlers militaires
Actualisé

Apaisement des tensionsCorée du Nord et ONU entament des pourparlers militaires

La Corée du Nord et le commandement de l'ONU conduit par les Etats-Unis ont mené lundi à la frontière intercoréenne des pourparlers militaires.

Il s'agit des premières discussions de ce genre depuis 2002.

Les pourparlers qui se sont tenus dans le village neutre de Panmunjon, au centre de la Zone démilitarisée (DMZ), ont débuté à 10h00 locales et ont duré 32 minutes, a indiqué un porte-parole du commandement de l'ONU.

Les discussions se sont tenues à la demande de la Corée du Nord «pour discuter des moyens de réduire la tension», selon le communiqué du commandement de l'ONU, qualifiant cette initiative du nord de geste «positif».

Un général de l'armée de l'air américaine menait la délégation du commandement de l'ONU, a rapporté l'agence de presse sud-coréenne Yonhap. Des généraux nord et sud-coréens étaient également présents, a précisé un porte-parole du commandement de l'ONU.

Depuis la fin de la guerre de Corée en 1953, le commandement de l'ONU supervise la zone frontalière entre les deux Corées connue sous le nom de Zone démilitarisée (DMZ).

Tensions régionales

Quelque 28 500 soldats américains sont stationnés en Corée du Sud, pour épauler les 680 000 soldats sud-coréens alors que l'armée nord-coréenne dispose en face de 1,1 million de soldats.

Ces pourparlers sont intervenus deux jours après que la Corée du Nord eut appelé les troupes américaines stationnées en Corée du Sud à cesser leurs «provocations» dans la zone tampon entre les deux Corée sous peine d'une «réplique résolue».

Cet avertissement a été lancé dans un climat de tensions régionales accrues, alors que le régime communiste a annoncé qu'il s'apprêtait à lancer un «satellite»".

Selon Séoul et Tokyo, un tel lancement violerait une résolution de l'ONU stipulant que la Corée du Nord «doit s'abstenir de tout nouvel essai nucléaire ou tir de missile balistique».

Tournée de l'émissaire US

Le président sud-coréen, Lee Myung-bak, a appelé dimanche le Nord à renoncer à ses ambitions nucléaires et à son programme de missiles, l'invitant à des discussions intercoréennes «inconditionnelles».

L'émissaire américain pour la Corée du Nord, Stephen Bosworth, doit se rendre cette semaine à Séoul, Tokyo, Pékin et Moscou. Il doit discuter des moyens de convaincre Pyongyang de renoncer à un test de missile et de reprendre les discussions à six sur sa dénucléarisation.

Les relations entre les Corée, toujours officiellement en état de guerre depuis le sanglant conflit de 1950-53, sont exécrables depuis l'arrivée au pouvoir du président sud-coréen Lee Myung-Bak en février 2008.

Pyongyang a décrété fin janvier la rupture de tous ses accords politiques et militaires avec le Sud, l'accusant de vouloir précipiter les deux pays «au seuil de la guerre».

(ats)

Ton opinion