Dublin: Cornes de rhinocéros volées au musée
Actualisé

DublinCornes de rhinocéros volées au musée

Trois hommes masqués ont pénétré dans un bâtiment culturel, ont ligoté le gardien puis se sont emparés de quatre têtes de rhinocéros.

Huit cornes de rhinocéros valant 607'600 francs ont été volées au musée d'histoire naturelle de Dublin. Elles vont probablement «approvisionner le trafic illégal de cornes vendues sous forme de poudre, et utilisées en médecine traditionnelle en Extrême-Orient», a indiqué l'établissement.

Les cornes ont été dérobées mercredi soir dans les réserves du musée, où elles étaient conservées. Elles n'étaient plus exposées depuis un an pour éviter précisément d'être la cible des voleurs, a indiqué le musée.

«A 22h30 (23h30 en Suisse), trois hommes masqués sont entrés dans le bâtiment avant de ligoter le gardien», selon la police qui a ouvert une enquête. Les cambrioleurs se sont emparés de quatre «têtes (de rhinocéros) qui ont été chargées dans une camionnette blanche (...). Le gardien, qui n'a pas été blessé, a ensuite réussi à se libérer» avant d'appeler la police, a ajouté la même source.

Les cornes de rhinocéros, volées dans les musées mais aussi largement braconnées, font l'objet d'un vaste trafic international qui menace dangereusement la population de ces animaux.

La poudre de corne de rhinocéros sont commercialisées pour leurs supposées vertus médicinales contre la fièvre, les migraines, la typhoïde ou la variole. Elles sont exclusivement composées de kératine, la même matière que les ongles humains.

Les rhinocéros sont inscrits depuis 1977 à l'annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces menacées (CITES), qui en interdit le commerce. (ats)

Ton opinion