Actualisé 04.04.2020 à 15:19

Suisse

Coronavirus: la diplomatie n'est pas inactive

Ignazio Cassis a rappelé qu'un travail diplomatique intense a lieu «derrière les rideaux» dans la lutte contre le coronavirus.

Le coronavirus ne connaît pas de frontière et la Suisse coopère étroitement avec ses voisins pour gérer au mieux la crise, a indiqué le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis. Un travail diplomatique intense a lieu «derrière les rideaux».

L'élément le plus visible de cette coopération est les vols de rapatriment. Depuis le début de la crise et jusqu'à vendredi midi, 16 vols spéciaux suisses ont rapatrié plus de 3700 personnes, dont 2100 Suisses, a précisé devant la presse Ignazio Cassis. Les 1600 restantes viennent des pays voisins. Des Suisses ont eux aussi pu profiter de vols de rapatriement de pays voisins.

Cinq autres vols sont prévus d'ici à dimanche. Le Département des affaires étrangères doit négocier des autorisations diplomatiques pour ces vols avec les pays concernés. De nombreux Suisses sont rentrés par leur propres moyens, a rappelé le chef de la diplomatie suisse en les remerciant.

Malgré les efforts, tous les voyageurs suisses ne peuvent pas ou ne veulent pas être rapatriés. Les demandes de protection consulaire devraient ainsi fortement augmenter auprès des 170 représentations de la Suisse à l'étranger, selon le DFAE.

Frontaliers essentiels

Le DFAE s'efforce de maintenir de bons rapports diplomatiques durant ces temps de crises. La Suisse est en contact étroit avec ses voisins, notamment sur la question des frontaliers, afin qu'ils puissent continuer de venir. Ceux-ci sont essentiels au bon fontionnement de nombreux hopitaux suisses, a précisé M. Cassis. Il faut entre autre pouvoir garantir la protection de leur santé, alors que les mesures en Suisse sont moins restrictives que dans les pays voisins.

Il est important de faire preuve de solidarité internationale et transfrontalière, a souligné M. Cassis. La Suisse a notamment admis une quarantaine de patients français et pourrait également accepter des patients italiens.

La Suisse est aussi inquiète de la situation dans les pays en voie de développement, qui pourraient être très durement touchés par le coronavirus. Ainsi, la DDC a débloqué 18 millions de francs. Cette argent ira aux organismes de l'ONU, dont l'OMS, au Mouvement international de la Croix-Rouge, ainsi qu'aux systèmes de santé locaux. A plus long terme, 40 millions seront également réaffecté pour aider les pays en voie de développement. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!