Suisse: Coronavirus: la droite veut privilégier l'économie
Actualisé

SuisseCoronavirus: la droite veut privilégier l'économie

Les partis de droite demandent qu'en cas de deuxième vague, il n'y ait pas de blocage comme en mars. Ils préparent également leur réforme de l'assurance-vieillesse et survivants (AVS).

Le conseiller aux Etats Martin Schmid (PLR/GR) prévient: même en cas de deuxième vague, il ne faut pas de bouclage.

Le conseiller aux Etats Martin Schmid (PLR/GR) prévient: même en cas de deuxième vague, il ne faut pas de bouclage.

De plus en plus de voix s'élèvent dans les rangs de la droite pour éviter un nouveau blocage de l'économie en cas de deuxième vague de la pandémie due au coronavirus en Suisse, rapporte le «SonntagsBlick».

Contrairement au mois de mars, il y a désormais suffisamment de temps pour préparer le scénario d'un retour du Covid-19, déclare dans le journal le conseiller aux Etats Martin Schmid (PLR/GR).

Pour le président de l'UDC, Albert Rösti, le Conseil fédéral doit entreprendre les préparatifs nécessaires pour maîtriser une telle situation sans avoir à recourir à nouveau à un arrêt de l'économie. Le camp de gauche insiste quant à lui sur le fait que la protection de la population reste le principal objectif.

AVS contre des vacances?

Des libéraux-radicaux de premier plan préparent en outre un plan explosif sur la réforme de l'assurance-vieillesse et survivants (AVS), affirme la «NZZ am Sonntag». Le document prévoit un relèvement de l'âge de la retraite à 67 ans, avec, en contrepartie, deux semaines de vacances supplémentaires par an.

Cette idée a été lancée par le conseiller aux Etats Ruedi Noser (PLR/ZH) et a reçu le soutien de tous ses collègues de parti de la Chambre des cantons du Parlement. C'est une solution gagnant-gagnant, déclare le Zurichois dans le journal.

Les salariés auraient plus de temps pour leur famille et les loisirs et l'assurance sociale serait réformée de manière durable sans augmentation des déductions sociales ou de la TVA, selon lui. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion