Publié

SuisseCoronavirus: l’armée réduit ses effectifs

Suite à la stabilisation des prestations de santé dans les cantons romands, les deux compagnies sanitaires qui avaient été engagées pour soutenir les hôpitaux durant la pandémie sont en cours de licenciement.

L’armée est engagée depuis le 4 novembre pour appuyer le système de santé qui se trouvait aux limites des capacités.

L’armée est engagée depuis le 4 novembre pour appuyer le système de santé qui se trouvait aux limites des capacités.

KEYSTONE

L’armée a licencié la compagnie sanitaire une et s’apprête à licencier la compagnie sanitaire deux en raison d’une stabilisation dans les prestations sanitaires liées aux cantons romands. L’armée garde un état-major de bataillon et des volontaires, ceci en vue de possibles engagements durant la période des fêtes, a indiqué l’armée mercredi lors d’une conférence de presse.

«Etant donné que Genève, Fribourg et Valais ont retrouvé un certain équilibre dans les prestations sanitaires, nous avons pu licencier hier la compagnie sanitaire une», a annoncé mardi le brigadier Raynald Droz, chef d’état-major des opérations de commandement. La compagnie sanitaire deux sera licenciée lundi.

Le dispositif de l’armée reposera ensuite sur la mobilisation d’un état-major de bataillon et d’une compagnie sanitaire engagée en Suisse alémanique, du côté de Bâle, et finalement sur des volontaires.

Un système de santé appuyé

Jusqu’à présent sept cantons ont bénéficié du soutien de l’armée: Genève, Vaud, Fribourg, Valais, Tessin, Berne et Bâle. Actuellement, 630 militaires sont engagés dans cinq cantons: Berne, Vaud, Valais, Tessin et Bâle. A partir de lundi, l’armée sera également mobilisée dans le canton de Schaffhouse.

L’armée est engagée depuis le 4 novembre «pour appuyer le système de santé qui se trouvait aux limites des capacités», a déclaré le brigadier Raynald Droz. C’est le 36e jour d’engagement de l’armée au profit des autorités civiles. Jusqu’à ce jour, le 2e engagement a mobilisé environ 700 militaires et 350 volontaires.

Depuis le 4 novembre, le centre de coordination a reçu 53 demandes, dont 23 ont été approuvées. 7 ont été spontanément retirées par les cantons et 17 ont été rejetées. 6 missions pour les cantons de Genève et de Fribourg ont été achevées.

Défis logistiques pour les vaccins

Concernant l’organisation des vaccinations par l’armée, Raynald Droz a indiqué qu’il y avait plusieurs facteurs importants à prendre en compte, notamment le stockage à basse température et le transport. L’armée fait les acquisitions nécessaires pour la conservation des vaccins à basse température et est en contact avec les cantons pour clarifier les besoins. «C’est un travail de planification, nous ferons en sorte que les vaccins soient disponibles au bon endroit et à la bonne température», a-t-il assuré.

Pour faire face à la deuxième vague de coronavirus, le Conseil fédéral a mis à disposition des cantons jusqu’à 2500 militaires. Dans le cadre du service d’assistance, les soldats peuvent être déployés, par exemple, pour le dépistage de cas suspects de Covid-19, pour des prélèvements ou pour le traitement général des patients. Le Parlement a approuvé le déploiement jusqu’au 31 mars 2021.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!