Conseil d'État (VD): Coup de bluff raté pour le candidat sauvage
Actualisé

Conseil d'État (VD)Coup de bluff raté pour le candidat sauvage

Avec environ 300 voix, le comédien Yvan Richardet n'a pas réussi son pari et ne se présentera pas au deuxième tour. Mais il ne compte pas forcément s'arrêter là.

par
Pauline Rumpf
Dans cette élection au Conseil d'Etat vaudois, tout citoyen éligible peut être élu, même s'il n'a pas déposé de candidature officielle.

Dans cette élection au Conseil d'Etat vaudois, tout citoyen éligible peut être élu, même s'il n'a pas déposé de candidature officielle.

DR

L'expérience aura été de courte durée: le candidat sauvage Yvan Richardet ne se présentera pas au second tour de l'élection complémentaire au Conseil d'État vaudois. Pourtant, sans avoir fait campagne, cet Yverdonnois, militant pour la protection du climat, a tout de même fait un score honorable, bien que négligeable.

«À la louche, je dirais que j'ai eu environ 300 voix», estime Yvan Richardet. Difficile en effet de connaître le chiffre précis, puisque toutes les communes ne transmettent pas le détail de leurs voix éparses au Canton. Cependant, dans celles qui l'ont fait, à savoir Lausanne et Yverdon ainsi que d'autres plus petites, le candidat surprise récolte près de 280 voix: ce n'est pas les 500 qu'il visait pour se présenter au second tour, ce qu'il ne peut de toute façon pas faire par une candidature officielle (lire encadré).

«Les jeunes qui manifestent vont être déçus»

«Ce qui ressort de tout cela, c'est d'avoir pu ouvrir un débat avec plein de monde sur les méthodes pour lutter contre la destruction de la planète, explique le trentenaire. J'ai aussi constaté que je n'étais pas le seul à être sérieusement inquiet de l'inaction politique. Maintenant, il sera intéressant de trouver une façon de poursuivre la démarche.» Par exemple en politique? «Pourquoi pas!» Mais aussi par des prises de parole, des actions-chocs, des marches pour le climat. «On verra bien, je suis un improvisateur», sourit-il.

Pris par des projets professionnels ces prochains mois, le comédien ne pense pas se présenter aux élections fédérales cet automne, mais il a été approché par plusieurs personnes imaginant se fédérer pour porter une écologie radicale et décroissante au National. Pourquoi ne pas rejoindre les autres partis écologistes de Suisse? «Parce qu'ils croient encore au développement durable, voire au libéralisme. Les jeunes qui manifestent actuellement vont être déçus: rien ne changera ainsi, et la planète nous demande désormais d'être radicaux.»

Voix éparses pas répertoriées

Les 34% d'électeurs vaudois qui se sont rendus aux urnes ce 17 mars représentent un peu plus de 143'000 voix. Parmi celles-ci, 1% sont des voix éparses (1430 bulletins), soit trop peu pour faire pencher la balance, ou même obtenir le quorum de 5% nécessaire pour se présenter au second tour. Le détail des voix éparses n'est donc pas transmis de la commune au Canton, sauf face à un nombre surprenant de voix pour un petit candidat sauvage.

Toutefois, il est virtuellement possible d'être élu sans faire partie des candidats officiels; cela arrive plus facilement dans les petites communes, où un plus petit nombre de voix est nécessaire. Un candidat qui ne s'est pas présenté officiellement au premier tour ne peut pas le faire au second, mais il peut tout de même être plébiscité. Il peut également être choisi par un parti pour remplacer son candidat du premier tour.

Ton opinion