Coup de feu à Genève: le gendre en prison
Actualisé

Coup de feu à Genève: le gendre en prison

Le gendre du prévenu touché par un tireur vendredi à Genève a été conduit en prison à la disposition du juge compétent.

Il est prévenu de complicité de tentative de meurtre. La victime, un bijoutier ayant tiré sur sa fille, est toujours dans un état critique.

«Mon client est aux soins intensifs», a indiqué samedi à l'ATS Me Vincent Spirra, son avocat. Cet homme de 72 ans était jugé pour ses coups de feu dirigés en août 2004 contre sa fille de 41 ans. Cette dernière, touchée à la moelle épinière, est aujourd'hui paralysée des deux jambes. Il se rendait à son procès lorsqu'on lui a tiré dessus.

Les deux petits-enfants du vieil homme, une fille de 18 ans et un garçon de 16 ans ont été entendus par la police. Ils ont été relâchés vendredi. L'audition du beau-fils s'est poursuivie. Il a ensuite été conduit en prison à la disposition du juge, indique samedi la police genevoise dans un communiqué.

Le vieil homme est accusé de délit manqué de meurtre. Selon l'acte d'accusation, la famille se querellait fréquemment pour des questions d'argent. En août 2004, la dispute de trop a éclaté. Le père hors de lui, est allé se réfugier dans sa chambre, s'est emparé d'un revolver caché sous le matelas de son lit et a tiré sur sa fille à cinq reprises en sortant de la chambre.

Mercredi dernier, au premier jour du procès, le gendre s'était montré particulièrement vindicatif à l'égard de l'accusé. Les policiers avaient dû le faire sortir de la salle par la force. (ats)

Ton opinion