Proche-Orient: Coup de filet israélien contre la direction du Hamas en Cisjordanie
Actualisé

Proche-OrientCoup de filet israélien contre la direction du Hamas en Cisjordanie

Israël a renforcé la pression sur le Hamas en arrêtant jeudi ses principaux dirigeants politiques en Cisjordanie.

Ces interpellations surviennent après l'échec des négociations sur la libération d'un soldat israélien contre des centaines de prisonniers palestiniens.

Au moins douze responsables du mouvement islamiste palestinien, dont cinq députés, ont été arrêtés dans différentes villes de la Cisjordanie occupée lors d'une opération menée par l'armée et le service de sécurité intérieure Shin Beth, selon le Hamas et des sources militaires israéliennes.

Dans la région de Ramallah, l'armée a interpellé les députés Abdel Qader Fouqaha et Ayman Daraghmeh, le responsable Farhat Assaad et le maire de la localité voisine d'El-Bireh, Jamal al-Tawil, a indiqué le Hamas.

Dans le nord de la Cisjordanie, elle a arrêté l'ancien vice- Premier ministre Nasseredine Al-Chaër, ainsi que trois hauts responsables du groupe. A Bethléem et à Hébron (sud), trois élus ont été arrêtés de même qu'un responsable du groupe à Jéricho, selon la même source.

L'armée a affirmé dans un communiqué avoir arrêté «dix cadres importants de la direction du Hamas en Cisjordanie» qui oeuvraient pour «renforcer la force et l'influence» en Cisjordanie du Hamas.

Pression maximale

Le Hamas a pris de force le contrôle de la bande de Gaza après en avoir chassé les forces fidèles au président Mahmoud Abbas, le chef du groupe rival Fatah.

Les arrestations ont eu lieu après l'échec des négociations entre le Hamas et Israël par l'entremise de l'Egypte en vue de la libération du soldat Gilad Shalit détenu à Gaza contre des centaines de prisonniers palestiniens incarcérés en Israël.

«C'est une tentative flagrante pour faire pression sur le Hamas, le pousser à faire des concessions et accepter un échange de prisonniers sans qu'Israël n'ait à payer le prix», a dit un haut responsable du Hamas à Gaza, Salah Al-Bardawil, sur le site du mouvement.

«L'ennemi sioniste se trompe en croyant que ces mesures vont affaiblir la position du Hamas ou le faire céder sur le dossier des prisonniers. Le Hamas ne renoncera jamais à ces conditions», a affirmé le mouvement dans un communiqué.

Mahmoud Abbas dénonce

Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad a condamné ces arrestations et appelé la communauté internationale à intervenir «pour contraindre Israël à libérer immédiatement tous les membres du parlement palestinien qu'il détient».

Le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, Nabil Abou Roudeina, a dénoncé «l'enlèvement» de députés palestiniens, accusant Israël de chercher à «torpiller» le dialogue de réconciliation en cours au Caire entre le Hamas et le Fatah.

Après la capture du soldat par un commando palestinien à la lisière de Gaza en juin 2006, Israël avait arrêté des dizaines de responsables du Hamas en Cisjordanie. Trente-six députés du mouvement, dont le président du parlement Aziz Doweik, sont toujours détenus.

Israël et le Hamas se sont rejeté la responsabilité dans l'échec des négociations au Caire sur l'échange de prisonniers.

Activistes tués

Par ailleurs, deux activistes des Brigades des martyrs d'Al Aqsa ont été tués jeudi dans la bande de Gaza par un missile tiré par un appareil israélien, a rapporté ce groupe armé palestinien.

Une porte-parole de l'armée israélienne a déclaré qu'elle vérifiait l'information. Elle a assuré ne pas être pas au courant d'activité militaire dans le centre du territoire palestinien.

(ats)

Ton opinion