14.11.2017 à 20:18

Berne

Coup de frein aux tests de légalisation du cannabis

La loi ne laisse aucune marge pour les projets de vente d'herbe à des fins non médicales, estime la Confédération.

de
daw/rmf
Keystone/AP

Le Fonds national suisse de la recherche scientifique avait déjà promis 720'000 fr. à l'étude de l'Université de Berne. Celle-ci voulait tester la vente de cannabis en pharmacie, dans le cadre d'un projet pilote qui devait examiner les effets d'une légalisation sur la consommation et le marché noir. Mardi, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a toutefois mis fin aux espoirs bernois en bloquant l'essai. Il affirme que, sans complément, la législation actuelle ne laisse aucune marge à la vente d'herbe à des fins non médicales.

La déception est énorme, affirment conjointement les villes de Berne, Zurich, Lucerne, Bâle et Bienne (lire encadré). «Les villes se sont souvent demandé si elles ne feraient pas tout de suite un plus grand pas, rappelle Claudia Nielsen (PS), conseillère municipale à Zurich. Il est très dommage qu'une étude ne soit pas possible.» La situation pourrait alors préparer le terrain à une initiative populaire prévue en ce sens, et à l'initiative parlementaire des Verts pour réglementer le cannabis comme l'alcool ou le tabac.

«Les professionnels des addictions appellent à une mobilisation pour refuser le statu quo», lance le Groupement romand d'études des addictions. Au contraire, le conseiller national UDC Mauro Tuena est soulagé: il craignait une légalisation par une voie détournée et une normalisation de la fumette. L'Université de Berne dispose de 30 jours pour faire recours.

Genève concernée

D'autres villes comme Zurich, Bâle ou Bienne avaient manifesté leur intérêt pour cette expérience, et souhaitaient s'y joindre dès que l'autorisation de l'OFSP aurait été obtenue. A Genève, un groupe de travail interpartis avait uvré à son propre projet de 2012 à 2014, révélait en octobre la «Tribune de Genève». Son contenu est encore tenu secret, mais son aboutissement n'est pas prévu avant plusieurs mois. L'impact de la décision de l'OFSP devra donc être analysé avant de pouvoir aller plus loin.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!