Signalisation: Coup de poing pour une autoroute bilingue
Actualisé

SignalisationCoup de poing pour une autoroute bilingue

Les autorités biennoises tapent sur la table et exigent de la Confédération des panneaux autoroutiers en deux langues, sur le nouveau contournement autoroutier.

par
Vincent Donzé
Pas question non plus d'attendre d'attendre l'usure des panneaux: le changement, tel qu'illustré jeudi en ville de Bienne, est exigé dans l'immédiat.

Pas question non plus d'attendre d'attendre l'usure des panneaux: le changement, tel qu'illustré jeudi en ville de Bienne, est exigé dans l'immédiat.

DR

L'absence du français sur la signalisation du nouveau contournement autoroutier à Bienne énerve la communauté francophone depuis maintenant 16 mois. «J'habite à Bienne Mâche et chaque fois que je passe sous le panneau Biel Mett, je ressens cette signalisation comme un déni», rapporte le conseiller municipal biennois Cédric Némitz.

Le tollé était tel l'an dernier que l'ancienne conseillère fédérale Doris Leuthard avait reçu une délégation représentant 42% de la population biennoise. L'enjeu: que «Biel» deviennent «Biel/Bienne», nom officiel de la ville depuis 2004.

Quatre revendications

Un exemple qui fâche? Le panneau autoroutier marqué «Biel-Ost» sans la mention «Bienne-Est». Les autorités ont quatre revendications admises par la police cantonale et exprimées ce matin: Biel/Bienne-Ost/Est à la place de Biel-Ost. Biel/Bienne-Süd/Sud à la place de Biel-Süd, Biel/Bienne-Mett/Mâche à la place de Biel-Mett et Biel/Bienne-Industrie au lieu de Bözingenfeld.

Demande supplémentaire: que les sorties de la branche est de l'A5 soient signalée Ausfahrt/Sortie et pas seulement Ausfahrt. «Le bilinguisme, ce n'est pas un coquetterie et un panneau n'est pas anodin: il indique une identité», insiste Cédric Némitz.

Incorrects

L'exigence biennoise a été communiquée à la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, nouvelle cheffe du DETEC. Présidente du Conseil des affaires francophones (CAF), Pierrette Berger-Hirschi est catégorique: «Pas question de payer quoi que ce soit: les panneaux sont incorrects et notre revendication est légitime» , dit-elle au nom des communes de Bienne et d'Evilard. Pas question non plus d'attendre l'usure des panneaux: le changement est exigé dans l'immédiat!

L'excuse avancée par l'Office fédéral des routes, c'est qu'une traduction alourdirait la lecture et augmenterait les risques d'accident. Réplique biennoise: «Les fréquences radio sont indiquées dans les deux langues dans la région de Morat (FR): pourquoi pas à Bienne?».

Delémont/Delsberg

«Ailleurs, il est écrit Basel/Bâle ou Delémont/Delsberg: pourquoi pas Biel/Bienne?», insistent les élus de la région, au nombre desquels le conseiller national Manfred Bühler, qui passe par Bienne entre Cortébert et Berne.

«On nous enlève la moitié de nous-mêmes!», fulmine Cédric Némitz, vice-président du Forum du bilinguisme, au nom des francophones. La balle reste dans le camp de la Confédération, en particulier à l'Ofrou.

Ton opinion