Coup de théâtre au procès du «Da Vinci Code»
Actualisé

Coup de théâtre au procès du «Da Vinci Code»

Un des Britanniques poursuivant le bestseller de Dan Brown pour plagiat a admis hier devant le tribunal que certaines de ses accusations initiales étaient exagérées voire fausses.

Après une semaine de suspension à la demande du juge, qui voulait relire «de près» les ouvrages concernés, l'avocat de la maison d'édition du bestseller, Random House, a décortiqué dans les moindres détails la déclaration initiale de Michael Baigent. Avec un coauteur, il accusait le «Da Vinci Code» de s'être approprié le thème central d'un ouvrage de recherches qu'ils avaient publié vingt ans plus tôt.

En présence de Dan Brown, Me Bladwin a mis en pièces l'affirmation du plaignant selon laquelle de nombreuses personnes dans le monde avaient estimé que l'ouvrage avait le même thème central que leur livre. (ats)

Ton opinion