Actualisé 08.02.2008 à 21:51

Coupe Davis: la Suisse mène contre la Pologne

La logique a été pleinement respectée à Kreuzlingen. La Suisse mène 2-0 après les deux premiers simples contre la Pologne dans une rencontre comptant pour la zone Afrique-Europe.

Stéphane Bohli (ATP 143) a apporté le premier point en battant Dawid Olejniczak (ATP 306) 6-4 7-6 6-4. Pour sa part, Stanislas Wawrinka (ATP 32) s'est imposé 6-3 7-6 6-3 devant Blazej Koniusz (ATP 524).

Les Suisses espèrent conclure samedi déjà à l'issue du double. Mais cette partie sera la plus délicate dans la mesure où les Polonais aligneront deux joueurs, Mariusz Fyrstenberg et Marcin Matkowski, qui se sont qualifiés l'an dernier pour le Masters de Shanghaï. «Les Polonais sont les favoris de ce double», affirme Wawrinka. Mais une victoire de la paire polonaise face au duo Allegro/Wawrinka ne modifiera en rien le cours de de ce match. Elle retardera seulement l'échéance.

Trois balles de set à sauver

Pour son retour sur les courts après un repos forcé de trois semaines et demie, Stanislas Wawrinka n'a pas atteint le sublime. Le Vaudois s'est contenté d'un service minimal contre un joueur qui lui rendait tout de même 492 places au classement mondial. Les 2000 spectateurs de la Bodensee Arena ont même tremblé pour «Stan» dans la deuxième manche. Wawrinka a, en effet, dû écarter trois balles de set sur son service au douzième jeu. Une attaque gagnante et deux erreurs de Koniusz en coup droit le tiraient de ce mauvais pas.

«Je m'attendais à jouer de la sorte, avouait «Stan». Mais cette rencontre me procure une double satisfaction. J'ai apporté un deuxième point à l'équipe et je n'ai ressenti aucune gêne à mes abodminaux. Ma blessure est guérie». Le Vaudois n'avait repris qu'un entraînement léger la semaine dernière. Il est évident qu'il a abordé cette rencontre avec une certaine appréhension.

Bohli sans trembler

Une année après un baptême du feu qui avait tourné au cauchemar à Genève contre l'Espagne, Stéphane Bohli a gagné le match qui était bien le plus important du week-end. Sa victoire contre le no 1 adverse a scellé l'issue de la rencontre. Il l'a acquise sans trembler, malgré deux petites sautes de concentration qui lui ont coûté deux breaks. Mais à aucun moment, Olejniczak n'a pu croire en ses chances contre un adversaire qui lui était supérieur sur tous les plans.

«Gagner une rencontre de Coupe Davis procure un sentiment extraordinaire. C'est pour connaître de tels moments que je vais me battre encore plus tous les jours», soulignait Stéphane Bohli. Le Genevois a raison de prétendre qu'il n'est plus le même joueur que l'an dernier. Il a gagné en mobilité et en relâchement. Dans ce simple où il avait tout à perdre, la maîtrise qu'il a affichée traduit bien les progrès accomplis ces derniers mois.

«Je veux démontrer qu'il y a quelqu'un derrière Stanislas Wawrinka dans cette équipe», lâche un Bohli auquel on demandera le plus difficile en avril prochain à Minsk: justifier un tel discours contre les Biélorusses. (si)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!