Actualisé 23.01.2018 à 23:07

Foot-Espagne

Coupe du roi: Séville bat l'Atlético et va en demies

Le FC Séville s'est imposé 3-1 en quarts de finale retour de la Coupe du roi mardi. Direction les demi-finales.

Les Sévillans, finalistes de l'épreuve en 2016, sont les premiers qualifiés pour le dernier carré. (Mardi 23 janvier 2018)

Les Sévillans, finalistes de l'épreuve en 2016, sont les premiers qualifiés pour le dernier carré. (Mardi 23 janvier 2018)

AFP

Le Séville FC, plus intense au début de chaque période, a pris l'Atlético Madrid à la gorge pour s'imposer en quart retour de Coupe du Roi (3-1) et se qualifier en demi-finales, malgré un lob égalisateur somptueux signé Antoine Griezmann.

Les Andalous, déjà vainqueurs 2-1 à l'aller à Madrid, ont ouvert la marque au stade Sanchez-Pizjuan après seulement 24 secondes de jeu sur une volée de Sergio Escudero. Et après l'égalisation de Griezmann (13e), l'Argentin Ever Banega a remis Séville devant sur penalty juste au retour des vestiaires (48e), avant le but du K.-O. signé Pablo Sarabia (79e). Frustré, l'entraîneur «colchonero» Diego Simeone a d'ailleurs été exclu en fin de rencontre.

Les Sévillans, finalistes de l'épreuve en 2016, sont les premiers qualifiés pour le dernier carré tandis que l'Atlético est éliminé d'une deuxième compétition cette saison après sa sortie précoce dès la phase de poules de Ligue des champions. «Cette élimination, c'est ma responsabilité. Maintenant, il faut nous améliorer parce qu'il reste quatre mois de compétition», a commenté Simeone, l'air sombre, en conférence de presse.

Les «Colchoneros» tenteront certes de se rattraper en Liga (2es à 11 points du leader Barcelone) et en Europa League. Mais c'est une nouvelle occasion de perdue pour le club madrilène, qui a énormément investi cette saison en recrutant Diego Costa et Vitolo pour célébrer son emménagement dans son nouveau stade Metropolitano.

Mardi, ni Costa, blessé, ni Vitolo, remplaçant, n'ont joué. Et l'équipe de Simeone, habituée à toujours rivaliser dans l'engagement, a été cueillie à froid dès la 1re minute de jeu, Escudero volleyant un centre au bout d'une belle action collective.

La greffe Montella prend

L'Atlético a cru revenir dans le match quand Griezmann, sur une remise de la poitrine de son complice français Kevin Gameiro, a décoché un lob splendide de 25 mètres (13e). Un chef d'oeuvre du pied droit pour l'attaquant gaucher, auteur de son 10e but en club cette saison!

Mais après la pause, Joaquin Correa a été victime d'un tampon de Saul dans la surface et Banega a transformé le penalty (48e), douchant les espoirs de l'«Atleti». La fin de match a été enlevée, avec des tentatives de part et d'autre, mais le gardien sévillan Sergio Rico a été infranchissable (2e, 52e, 71e, 84e), et Sarabia a porté l'estocade en contre (79e). Bref, cela fait trois matches consécutifs sans victoire pour l'Atlético, qui marque un peu le pas malgré l'enthousiasme né du retour au bercail de Costa.

Côté Sévillan, en revanche, la greffe Vincenzo Montella a bien pris: arrivé dans un contexte délicat en remplacement d'Eduardo Berizzo, atteint d'un cancer, le technicien italien avait débuté son mandat en Liga par une défaite 3-5 à domicile dans le derby face au Betis.

Mais son Séville commence à prendre forme, avec un jeu délié et intense, et c'est de bon augure à un mois du huitième de finale aller de Ligue des champions contre Manchester United (21 février). «C'était une soirée parfaite. Nous avons joué le match parfait», a savouré Montella.

Mercredi, le Real Madrid et Valence, respectivement tous deux vainqueurs de Leganes (1-0) et Alavés (2-1) à l'aller, tenteront à leur tour de décrocher leur ticket, imités ensuite jeudi par Barcelone, battu par l'Espanyol (1-0) dans le 1er derby. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!