Coupe Louis Vuitton: Luna Rossa s'impose
Actualisé

Coupe Louis Vuitton: Luna Rossa s'impose

Les Italiens ont remporté la première régate de leur demi-finale contre BMW Oracle.

Ils ont donné une véritable leçon aux Américains, qu'ils ont devancé de 2 minutes 19.

Luna Rossa, en tête tout au long d'une course marquée par des conditions de vents moyennes et très changeantes, ont infligé à BMW Oracle, plus gros budget de toute la flotte, une véritable humiliation. Le bateau italien, barré par l'Australien James Spithill, a su mieux profiter des multiples bascules de vent qui ont compliqué la tâche des tacticiens sur le plan d'eau de Valence. Il y a fort à parier que Chris Dickson aura soif de revanche lors des prochaines manches de la série au meilleur des 9 matches.

Passés à la première bouée au vent avec une avance de 52 secondes, Luna Rossa a vu ensuite son avance fondre rapidement pour atteindre 7 secondes à la deuxième balise. Le syndicat italien, qui accueillait le PDG de Prada Patrizio Bertellis comme 18e homme, reprenait toutefois l'avantage dans le 2e bord au près, avant de le porter à plus de 2 minutes dans le dernier parcours sous spi. L'invité de BMW Oracle était le triple médaillé d'or olympique de biathlon Michael Greis.

Cette nette victoire des Italiens montre que le duel les opposant au puissant défi américain, donné au départ légèrement favori, va sans doute être très serré.

Team New Zealand contrôle

Team New Zealand n'a pour sa part pas trop forcé son talent pour prendre la mesure du Desafio Español. Les «kiwis» ont battu le syndicat local - avec à son bord Sa Majesté Juan Carlos - de 43 secondes. Donnés nettement favoris face au challenger ibère, les Néo-Zélandais ont parfaitement contrôlé leurs rivaux après avoir pris un très léger avantage au départ et accentué leur avance à plus d'une munte au premier bord au près.

Les Espagnols, encouragés par le roi, se sont ensuite vainement efforcés de revenir sur le bateau de Dean Barker, qui a parfaitement manoeuvré pour les tenir à distance. Revenu à 42 secondes après le premier bord au portant, puis à 30 secondes à la 3e bouée, le bateau barré par le Polonais Karol Jablonski n'a rien pu faire dans le dernier parcours sous spi pour revenir à hauteur des «kiwis».

Team New Zealand, qui a terminé en tête de la phase éliminatoire de la Vuitton, n'a jamais été battu jusqu'à présent par les Espagnols, qui devront ainsi se surpasser pour espérer menacer la redoutable machine néo-zélandaise.

(si)

Ton opinion