Actualisé 11.06.2019 à 06:26

Hockey sur glace

Coupe Stanley: Marchand détient les clés de l'acte VII

Quand le trublion des Bruins marque un but en play-­off, sa formation gagne dans 96,2% des cas.

de
Emmanuel Favre
Provocateur et décrié, Brad Marchand (31 ans) est également décisif sur la glace.

Provocateur et décrié, Brad Marchand (31 ans) est également décisif sur la glace.

Keystone

Boston a remporté l'acte VI de la finale de NHL à St. Louis dimanche (1-5), forçant la tenue d'un match 7 tard mercredi dans le Massachusetts. Coach des Blues, Craig Berube n'a pas pour autant semblé inquiet après cette défaite à domicile: «La question est de savoir si nous pouvons être meilleurs. Et la réponse est oui.» Or, s'ils ambitionnent de soulever leur toute première Coupe Stanley, les Blues seraient bien inspirés de museler Brad Marchand.

La «peste» canadienne des Bruins, qui a signé le 0-1 à 5 contre 3 dans le 1er tiers dimanche, présente en effet une statistique ahurissante: au cours de sa carrière, Marchand a trompé le gardien adverse lors de 26 duels de séries éliminatoires; les Bruins ont gagné 25 fois. Dans l'histoire plus que centenaire de la NHL, un seul joueur ayant pris part à au moins 20 matches de play-off a davantage pesé après avoir trouvé la faille: Bob Gainey avec la grande dynastie du Canadien de Montréal des années 1970 et 1980 (22 matches avec au moins une réussite, 22 succès pour les Habs).

L'ailier, 9 goals lors des séries 2019, est spécialement diabolique dans les séquences de supériorité numérique, devenues l'arme No 1 des Bruins. Après 23 sorties, Boston affiche 33,8% d'efficacité en power-play (24 buts), soit la 2e meilleure moyenne de tous les temps derrière celle des Islanders en 1981 (37,8%). Marchand, qui avait été élu «pire provocateur de la Ligue» par ses pairs avant le début des play-off, a été impliqué dans 48% de ces buts!

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!