Couples homos bénis contre l'avis de l'Eglise vaudoise

Actualisé

Couples homos bénis contre l'avis de l'Eglise vaudoise

ORON-LE-CHâTEL – Un couple de femmes a reçu la bénédiction de leur partenariat. L'Eglise
juge l'acte prématuré.

«Je suis persuadé d'avoir agi dans le sens de ma fonction», affirme le pasteur retraité neuchatelois Claude Monin. Il a accepté de bénir le partenariat d'Yvette, une ancienne paroissienne, et de sa compagne, Chantal. La cérémonie a eu lieu le 22 septembre, au château d'Oron, parce que les Eglises leur ont été refusés. «La plupart des pasteurs étaient ouverts, mais l'interdiction émane du Conseil synodal», relate Chantal. Pas possible n'ont plus d'être béni dans un temple fribourgeois. «Les protestants de ce canton proposent de telles cérémonies, mais craignent de générer du tourisme ecclésial», rapporte Claude Monin.

L'événement déplaît à la direction ecclésiale vaudoise: «Un pasteur d'un autre canton devrait respecter les règles en vigueur ici», regrette Antoine Reymond, permanent du Conseil synodal. Chantal et Yvette vivent ce refus comme un rejet. «Il faut être patient. Une décision du synode est attendue. Tant que cette autorité ne s'est pas prononcée, les pasteurs doivent s'abstenir.» La réflexion sur la place des homosexuels dans l'Eglise vaudoise a débuté en 2004. La demande existe. Cet été, une pasteur a béni les membres de deux couples individuellement («20 minutes» du 27 août). Un pasteur retraité, donc difficilement sanctionnable, pourrait aussi procéder bientôt à une telle cérémonie.

Joël Burri

Ton opinion