05.11.2020 à 18:59

GenèveCoups de coude et insultes «sans raison» dans le bus

Une femme âgée d’une vingtaine d’années a été interpellée après avoir agressé deux personnes, en une semaine. Ses motivations restent mystérieuses.

von
dra
Un policier de la Police cantonale genevoise pose avec des menottes devant une voiture portant le logo de la police, pour des photos d'illustration, ce vendredi 31 juillet 2015 a Geneve. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Un policier de la Police cantonale genevoise pose avec des menottes devant une voiture portant le logo de la police, pour des photos d'illustration, ce vendredi 31 juillet 2015 a Geneve. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

KEYSTONE

Une jeune femme s’en est pris violemment à la passagère d’un bus, puis une semaine plus tard à une passante, à la gare Cornavin, à la fin du mois dernier. Ses gestes restent inexpliqués. Elle a finalement été appréhendée pour lésions corporelles simples et injures.

Tout a commencé le 23 octobre. Dans un bus, la prévenue a soudainement asséné plusieurs coups de coude dans les côtes et insulté une dame, sans raison apparente, selon cette dernière. Elle a aussi essayé de la faire tomber de son siège, avant de la saisir par le cou et de lui tirer les cheveux. Un passager est alors intervenu. L’assaillante, une Congolaise née en 1992 et domiciliée à Genève, est parvenue à quitter les lieux, mais «les faits ont pu être confirmés par les images de vidéosurveillance», précise la police.

Une semaine plus tard, soit le 31 octobre, la jeune femme a remis ça. Elle s’est cette fois attaquée à une passante, dans la gare de Cornavin. Là encore sans raison, elle lui a mis un coup de pied. Comme dans le bus, son geste a également été capté par des caméras de surveillance. La deuxième victime a reconnu son agresseur «sur une planche photographique, que lui a présentée l'enquêteur, indiquent les forces de l’ordre. Mercredi dernier, une patrouille a croisé l'intéressée et l'a emmenée au poste pour la suite de la procédure».

La femme auteure présumée des violences conteste les faits. Elle dit aussi ne pas se reconnaître sur les images vidéo. Elle a été mise à disposition du Ministère public.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!