Arrestation musclée: Course-poursuite au centre de Genève
Actualisé

Arrestation muscléeCourse-poursuite au centre de Genève

Un gendarme a dû tirer un coup de feu de sommation alors qu'un chauffard de 25 ans tentait de renverser une policière après une course-poursuite.

par
tpi

«Heureusement la scène s'est déroulée très tôt dimanche matin, sinon il y aurait eu plus de dégâts», souffle Philippe Cosandey, porte-parole de la police cantonale genevoise. Car en circulant à plus de 100 km/h dans les rues du centre-ville de Genève, les conséquences de cette course-poursuite auraient en effet pu être bien plus graves qu'elles ne le sont.

Tout commence à la place des Eaux-Vives, au cœur de la Ville. La police repère un véhicule, dans lequel se trouvent deux hommes, et qui a freiné brutalement pour éviter de passer au feu rouge. Alertés, les deux gendarmes décident de procéder à un contrôle, et arrêtent leur véhicule de patrouille à la hauteur de la voiture concernée.

C'est à ce moment que le conducteur, né en 1984, pique la mouche et s'enfuit à tombeau ouvert dans les rues de Genève. «Il a été pris d'une peur panique, avance l'officier de presse. Il n'a pas calculé les conséquences de son geste.» Immédiatement pris en charge par les gendarmes, l'homme finit par effectuer un tête-à-queue, après avoir grillé pas moins de huit feux rouges. Les policiers sortent alors de leur voiture pour tenter de l'interpeler.

Mais c'est sans compter sur la détermination du jeune homme qui fait mine de foncer en direction d'une policière. Voyant sa collègue en danger, un gendarme dégaine son arme et, après les sommations d'usage dit la police, tire un coup de semonce en direction du véhicule.

Personne n'est blessé, mais le coup de pistolet calme le chauffard qui s'immobilise et se laisse enfin appréhender. Présentant des signes évidents d'alcoolémie, un test de l'éthylomètre est pratiqué et révèle un taux de 1,65‰.

Lors de son audition, l'homme a reconnu les faits, sans pouvoir les expliquer. Il dort désormais en prison. Une enquête administrative a par ailleurs été automatiquement ouverte afin de déterminer si le policier a fait usage de son arme à bon escient ou non.

Ton opinion