Covid-19: Genève imagine quatre scénarios de vaccination pour cet automne
Publié

GenèveCovid-19: les quatre scénarios possibles  pour cet automne

Les autorités ont tiré le bilan de la campagne de vaccination et esquissé le programme à venir, entre possible quatrième dose et vaccin polyvalent.

par
Jérôme Faas
Le canton juge possible mais peu probable qu’il soit nécessaire de revacciner toute la population dans des grands centres, comme ici à Palexpo.

Le canton juge possible mais peu probable qu’il soit nécessaire de revacciner toute la population dans des grands centres, comme ici à Palexpo.

20min/Marvin Ancian

Alors que la campagne de vaccination contre le Covid-19 s’achève, le Canton en a dressé  le bilan, vendredi, puis a esquissé les futurs possibles. Le conseiller d’Etat chargé de la santé, Mauro Poggia, a admis que «nous ne savons pas ce qui va nous arriver cet automne». Les autorités sanitaires envisagent quatre scénarios. Deux sont jugés peu probables: l’absence de nouveau variant et de reprise épidémique, et donc l’inutilité de vacciner; ou l’apparition d’un nouveau variant très virulent et un «retour à la case départ» impliquant d’à nouveau administrer trois doses à toute la population, soit l’injection de 900’000 doses.

Deux scénarios privilégiés

La pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz-Hegi juge plus probables les deux scénarios médiants. Le premier implique une reprise épidémique sans nouveau vaccin, avec la nécessité de protéger la population vulnérable dont l’immunité se sera estompée. Il faudrait alors inoculer une quatrième dose «booster» à 84’000 personnes de 65 ans et plus ou vulnérables. Le second table sur une reprise épidémique et la mise sur le marché d’un vaccin bivalent, c’est-à-dire efficace à la fois contre les variants Delta et Omicron (lire l’encadré). Il serait alors recommandé aux personnes vulnérables et âgées mais aussi à toute la population genevoise. Dans ce cas, les autorités anticipent l’injection de 200’000 doses.

«Pour l’automne 2022, le maître-mot sera l’agilité», a indiqué le directeur général de la santé, Adrien Bron. Le canton va maintenir des centres de vaccination à faibles volumes, avec des capacités de montée en puissance. Dans cette optique, le contact est maintenu avec M3, qui a exploité les centres de Palexpo et Eaux-Vives, pour «remonter quelque chose de massif» si nécessaire.    

Un vaccin tout-terrain?

Près d’un million de doses

     

Ton opinion

190 commentaires