CPE: la police française n'a pas chômé

Actualisé

CPE: la police française n'a pas chômé

Les forces de l'ordre ont procédé à 787 interpellations mardi dans toute la France en marge des manifestations contre le contrat première embauche.

488 arrestations ont été réalisées à Paris et 299 en province, a indiqué sur RTL Michel Gaudin, directeur de la la police nationale (DGPN). Depuis le début des manifestations anti-CPE en France, la police a effectué au total 2500 interpellations, dont 632 dans la seule journée et soirée du jeudi 23 mars, a-t-il précisé.

Les forces de l'ordre ont comptabilisé près de 500 blessés dans leurs rangs, dont une dizaine mardi.

S'agissant des violences commises par les «casseurs» Michel Gaudin a estimé que «dans ce que nous appelons les casseurs - les délinquants qui n'ont d'autre objectif que de voler, que de piller- qui viennent dans les manifestations, il est évident qu'il y a des gens de la périphérie parisienne».

Trente-et-un véhicules ont été incendiés sur tout le territoire, a précisé M. Gaudin, en se prononçant pour «une sévérité plus grande» de la justice.

Interrogé sur une possible reprise des émeutes de novembre dans les banlieues, une éventualité avancée notamment par le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, M. Gaudin a répondu: «C'est une de nos craintes, mais nous n'observons pas actuellement une montée des incidents dans les banlieues».

Les manifestations de mardi, d'une ampleur sans précédent depuis plusieurs, années ont réuni entre un million et trois millions de personnes dans le pays. (ats)

Ton opinion