Présidence espagnole de l'UE (Madrid): Crainte d'un enlèvement de l'ETA
Actualisé

Présidence espagnole de l'UE (Madrid)Crainte d'un enlèvement de l'ETA

Le mouvement séparatiste basque ETA pourrait préparer une action «spectaculaire» comme un enlèvement pendant la présidence espagnole de l'UE, qui commence le 1er janvier, a averti lundi le ministre espagnol de l'Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba.

Le ministre s'exprimait lors d'une conférence de presse dans le nord du Pays basque à l'issue d'une réunion avec les autorités policières locales sur les moyens de prévenir de telles actions.

«Compte tenu de la faiblesse et des divisions internes au sein de l'ETA, elle ne se contentera pas d'une action ordinaire», a estimé le ministre.

«Ceci nous amène à penser que l'ETA pourrait organiser un enlèvement car, sans aucun doute, c'est une action spectaculaire qui devrait attirer sur elle l'attention dont elle manque actuellement et qui ne devrait pas lui créer trop de problèmes internes», a déclaré le ministre de l'Intérieur.

Pour Alfredo Perez Rubalcaba, une telle action permettrait notamment à l'ETA de s'offrir «une couverture médiatique pendant toute la durée de la présidence espagnole de l'UE», qui se terminera le 1er juillet 2010, et «démontrer à ses partisans sa force apparente».

L'ETA est considéré comme un mouvement terroriste à la fois par l'Union Européenne et les Etats-Unis. Il est considéré comme responsable de 828 morts depuis sa création il y a 41 ans.

Le dernier attentat de l'organisation, qui remonte au 30 juillet, avait eu lieu devant la caserne de la garde civile de Palmanova, sur l'île de Majorque aux Baléares. Deux gardes civils avaient été tués.

Le gouvernement espagnol a adopté une ligne d'extrême fermeté contre la mouvance indépendantiste basque et l'ETA qui s'est traduite par des dizaines d'arrestations, depuis l'échec de ses négociations de paix de 2006-2007. (afp)

Ton opinion