Suisse – Crainte de clash, faute de stockage dans le cloud

Publié

SuisseCrainte de clash, faute de stockage dans le cloud

Berne voulait une nouvelle solution pour stocker virtuellement les données. Mais le projet est gelé après un recours de Google, qui a été écarté. Ce qui a entraînté des conséquences inattendues.

L’accès aux cartes topographiques sauvegardées dans le cloud pourrait devenir difficile si aucune solution de stockage n’est trouvée.

L’accès aux cartes topographiques sauvegardées dans le cloud pourrait devenir difficile si aucune solution de stockage n’est trouvée.

Swisstopo

La Confédération a lancé un appel d’offres pour un marché de quelque 110 millions portant sur la création d’un cloud public suisse. Les sociétés Amazon, IBM, Oracle, Microsoft et Alibaba ont été retenues. Mais la procédure est bloquée par un recours de Google après du Tribunal administratif fédéral, le géant américain ayant, lui, été écarté. Or, ainsi, tout le processus est gelé. Ce qui inquiète Berne, qui craint les effets de cette suspension sur certains services de l’actuel cloud, qui arrivent bientôt à expiration. Il s’agit par exemple d’un contrat avec Amazon Web Services concernant l’hébergement des services cartographiques de Swisstopo. En 2017, la Confédération avait attribué à l’entreprise américaine un contrat de 2 millions de francs pour des «services de cloud public pour l’infrastructure de géodonnées de la Confédération.» Sans ces services, l’infrastructure de géodonnées de la Confédération ne pourrait pas continuer à être exploitée, indique Berne.

Cela pourrait avoir des conséquences lourdes pour les services de secours, les géomètres ou les alpinistes. Les «services essentiels» dont ils ont besoin pour leur travail seraient stoppés et «une tâche légale serait entravée. Il y a un intérêt public éminent à ce que les géoinformations continuent à être accessibles au public sans interruption, d’autant qu’il n’y a pas d’alternative», souligne Berne.

Sursis d’un an

Dans l’attente d’une régularisation de la situation, la Confédération estime qu’elle doit pouvoir continuer à bénéficier des services d’Amazon pendant 12 mois supplémentaires, une fois pour 1,15 million de francs et une fois pour 287’500 francs. Les juges administratifs de Saint-Gall ont accédé à cette demande le 20 septembre dernier. Le crash de Swisstopo a donc été évité, pour l’instant. Toutefois, Google peut encore contester cette décision devant le Tribunal fédéral.

(pam/jbm)

Ton opinion

17 commentaires