Valais: Crans-Montana veut une école anglophone
Actualisé

ValaisCrans-Montana veut une école anglophone

Une école internationale anglophone doit voir le jour d'ici deux ans dans la station de Crans-Montana (VS). Le financement est déjà assuré, les démarches administratives sont bouclées.

Il ne manque que l'aval des citoyens de Lens (VS) qui se prononceront le 16 octobre.

Le pronostic pour ce vote est favorable, a déclaré mardi lors d'une présentation du projet le président de Lens David Bagnoud. Si d'aventure le résultat devait être négatif, la commune pourrait se tourner vers un autre projet.

Le financement des 46 millions de francs prévus pour le projet sera assuré par une caisse de pension suisse et des particuliers. Un prêt de 5 millions de francs de l'Etat du Valais et de la Confédération est également en discussion, a précisé M. Bagnoud.

Pour le canton, l'investissement est «conséquent mais judicieux», a jugé le conseiller d'Etat Jean-Michel Cina. Ce projet contribue à l'attractivité économique du Valais et le besoin d'une école internationale est bien réel.

Cursus britannique

L'école pourra accueillir quelque 320 élèves dont deux tiers en internat. La formation suit un cursus britannique qui donne accès à un baccalauréat international. La direction académique est confiée à Didier Boutroux, ancien directeur de l'Aiglon College de Villars (VD).

La première rentrée scolaire est prévue en septembre 2015 et concerne les élèves de 6 à 13 ans. La section dite «senior», qui peut accueillir 200 élèves de 13 à 17 ans, ouvrira une année plus tard.

Retombées importantes

L'école doit générer 80 emplois et David Bagnoud en attend une substantielle augmentation du nombre de nuitées. «Villars réalise 30% de son chiffre d'affaires grâce à son école internationale», précise-t-il.

Si l'assemblée des citoyens de Lens avalise le projet, la construction des bâtiments débutera dans la foulée. La commune met à disposition les terrains pour ériger les quatre bâtiments prévus. Les inscriptions seront ouvertes en mai de l'an prochain.

En cas de refus des citoyens lensards, la commune n'est pas totalement dépourvue. Un autre groupe a aussi fait part d'un projet similaire, mais avec une implication moindre de la commune. Elle pourrait se retourner vers cet autre projet. (ats)

Ton opinion