Crash d'un Boeing 737: 21 morts
Actualisé

Crash d'un Boeing 737: 21 morts

Vingt-et-une personnes sont mortes mercredi en Indonésie dans l'accident d'un Boeing 737 de la compagnie indonésienne Garuda.

L'accident est survenu lorsque l'appareil est sorti de piste après son atterrissage sur l'aéroport de Yogyakarta.

Le Boeing 737-400 de la compagnie nationale indonésienne Garuda Indonesia transportait 133 passagers et sept membres d'équipage. Il était parti de la capitale Jakarta, distante d'environ 450 kilomètres. L'appareil s'est écrasé vers 07h00 locales (01h00 en Suisse).

La plupart des passagers sont parvenus à sauter de l'avion par les issues de secours. Les blessés, souvent gravement brûlés, ont fui le brasier de l'appareil en se portant les uns les autres au milieu d'une rizière bordant l'aéroport de cette ville du centre de Java.

Corps calcinés

L'avion a violemment heurté la piste de Yogyakarta, avant de s'enflammer comme s'il avait explosé. Le bilan de la catastrophe a fluctué au cours de la journée, les autorités devant trier des corps calcinés, déposés dans des housses mortuaires jaunes, autour de la carcasse aux tôles tordues.

Le chef de la police scientifique, Slamet Purnomo, a indiqué mercredi soir lors d'une conférence de presse à Yogyakarta qu'au moins 21 personnes étaient mortes. Garuda Indonesia en annonçait 22. «J'ai vu de nombreux corps, des dizaines très brûlés près de la porte de sortie (de l'avion)», a déclaré le capitaine Yos Bintoro, un responsable aéroportuaire.

Le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono a demandé une enquête sur cet accident, qui allonge une série noire dans les transports indonésiens, souvent accusés de défaillances dans le domaine de la sécurité.

Vitesse excessive

«L'avion allait trop vite ou a trop accéléré, ce qui l'a fait sortir de la piste d'environ 300 mètres», a expliqué un responsable de la base de l'armée de l'air de Yogyakarta. La thèse de l'accident est privilégiée, l'attentat apparaissant peu probable.

Din Syamsuddin, président de la Muhammadiyah, la deuxième plus importante organisation islamique d'Indonésie, se trouvait à bord du Boeing et s'en est sorti sain et sauf. Il devait rencontrer à Yogyakarta le ministre australien des Affaires étrangères Alexander Downer. Une délégation d'une dizaine d'Australiens, dont des diplomates, se trouvaient à bord.

Le premier ministre australien John Howard a appelé la population australienne à se tenir prête à de «mauvaises nouvelles». (ats)

Ton opinion